CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Diffusion > Edition > Etudes d’Antiquités africaines

35 | François Baratte, Janet Lang, Susan La Niece et Catherine Metzger, Le trésor de Carthage : contribution à l’étude de l’orfèvrerie de l’Antiquité tardive, 2002

François Baratte, Janet Lang, Susan La Niece, Catherine Metzger, Le trésor de Carthage : contribution à l’étude de l’orfèvrerie de l’Antiquité tardive, 2002, 124 p., 112 ill. n.b., 7 ill. coul., ISBN 2-271-06009-5


1ère de couverture :


RÉSUMÉ


Hasard des découvertes sans doute, l’Afrique romaine n’a livré aux chercheurs que très peu de vaisselle d’argent et d’orfèvrerie. Le petit trésor découvert fortuitement sur la colline de Byrsa à Carthage au milieu du XIXe. s. est la trouvaille la plus spectaculaire. Dispersé aujourd’hui entre le Musée du Louvre à Paris et le British Museum à Londres, il comportait de la vaisselle de table et quelques bijoux. D’une ampleur relativement modeste, cet ensemble, dont on daterait volontiers la cachette du courant du Ve s, apr. J.-C., est cependant une belle illustration de l’orfèvrerie qui pouvait être celle des notables africains à la fin de l’antiquité : une inscription soigneusement gravée sur l’un des plats se réfère sans doute à l’une de ces familles, les Cresconii.

Mais au-delà du témoignage sur l’Afrique romaine, le trésor présente quelques pièces tout à fait originales comme la patère ornée d’une grenouille, mais aussi des formes qui comptent parmi les plus intéressantes de l’antiquité tardive, caractérisées les unes par la qualité de leur exécution et du travail du métal (coupes à couvercle et petites louches), les autres par leur décor de reliefs (coupes à scènes pastorales).

L’origine des différents objets reste difficile à établir (l’un d’entre eux porte une inscription pondérale en grec), mais le trésor de Carthage constitue un important jalon dans l’histoire de l’orfèvrerie antique, et éclaire un aspect trop mal connu de la civilisation de l’Afrique romaine tardive.


François BARATTE, longtemps conservateur au Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre, est professeur d’archéologie de l’antiquité tardive à l’université de Paris-Sorbonne. Spécialiste d’art romain, il a fait de la vaisselle précieuse un de ses thèmes de recherche ; il a publié de nombreux articles et, seul ou en collaboration, plusieurs monographies consacrées à l’argenterie du Ier au VIe siècle dans le bassin méditerranéen et au-delà. II est notamment l’auteur d’un ouvrage sur la vaisselle d’argent en Gaule dans l’antiquité tardive (Paris, 1993), et a été coorganisateur auec K. S. Painter en 1989 à Paris, puis à Lyon, d’une exposition consacrée aux trouvailles d’argenterie dans la Gaule romaine.

Janet LANG est métallurgiste spécialisée dans l’étude de l’argenterie classique, la technique du fer et de l’acier, en parttculier les lames, et la radiographie de pièces antiques. Ses publications comptent des études sur la soudure et les garnitures de perles, les épées pré-indutrielles et les lames de poignard. Co-éditrice de Radiography of Cultural Material (Lang and Middleton 1997, Butterworth and Heinemann, London,) et Mining and Metal Production through the Ages (Craddock and Lang 2002, British Museum Publications, London), elle publie égalenent des comptes rendus dans le Journal of Historical Metallurgy.

Susan LA NIECE est nétallurgiste et archéologue au Department of Scientific Research du British Museum, spécialisée dans le travail du métaL décoré. Membre de la Société des Antiquaires de Londres, elle a publié de nombreuses recherches portant sur l’archéo-métallurgie, en particulier sur le travail du métal à l’époque médiévale islamique et européenne, le nielle, la contrefaçon de monnaie ancienne, l’or pré-colombien, les bronzes égyptiens, et l’histoire de la dorure et de l’argenterie. Co-éditeur scientifique de Metal Plating and Patination (La Niece et Craddock 1993, Londres, Butterworth Heinemann), elle collabore au comité éditorial de la revue Jewellery Studies.

Catherine METZGER est Conservateur en chef au Musée du Loure, au Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Elle a participé à plusieurs ouvrages sur l’orfèvrerie romaine.


ABSTRACT


Roman North Africa has yielded very few discoveries of silver-plate and jewellery. The most spectacular treasure is the small group of objects found on the hill of Byrsa, at Carthage, in the middle of the 19th century. Today divided between the Musée du Louvre in Paris and the British Museum in London, it consists of a table-service and some pieces of jewellery.

Although the extent of the treasure is relatively modest, this set, the burial of which can be dated to the 5th century BC, provides a good illustration of the precious metal artifacts which might have been in the possession of notables from Roman North African during Late Antiquity. An inscription carefully engraved on one of the plates doubtless refers to one of these families, the Cresconii.

Apart from its testimony to Roman society in North Africa, this treasure contains some very inventive pieces like a patera decorated with a frog as well as plate which is some of the most outstanding from Late Antiquity. Some of the objects are characterised by a high quality of execution and metalwork (bowls with |ids and small spoons), others by their relief (bowls decorated uith pastoral scenes). The provenance of the different objects is still hard to establish (one of them has a Greek inscription referring to its weight), but the treasure of Carthage is an important landmark in the exploration of the history of Roman precious metalwork and shows hitherto Little-known aspects of the civilization of Roman Africa in Late Antiquity.


François BARATTE, previously curator in the Departement des Antiquités grecques, étrusques et romaines at the Musée du Louvre, is now Professor of Archaeology of the Late Antiquity at the University of Paris-Sorbonne. Specialising in Roman Art, he has made precious metal plate one of his main research subjects ; he has published numerous studies, and, alone or in collaboration, several monographs on 1st to 6th century silver-plate from around the Mediterranean and beyond. In particular, he is the author of a work on silver-plate from Gaul during Late Antiquity (Pans, 1993), and he was co-organiser with K. S. Painter of an exhibition on silver-plate discoveries in Roman Gaul shown in 1989 at Paris and then at Lyon.

Janet LANG is a metallurgist specialising in the study of Classical silver plate, the technology of early iron and steel, especially blades and the radiography of antiquities. Publications include studies of solder and beading, pre-industrial sword and dagger blades. Joint editor of Radiography of Cultural Material (Lang and Middleton 1997, Butterworth and Heinemann, London) and Mining and Metal Production through the Ages (Craddock and Lang 2002, Brittish Museum Publications, London). Abstracts Editor, Journal of Historical Metallurgy.

Susan LA NIECE is a metallurgist and archaeologist in the Department of Scientific Research at the British Museum, specialising in decorative metalwork. Fellow of the Society of Antiquaries of London, with publications on a wide range of archae-metallurgical research subjects, including medieval Islamic and European metalwork, niello, ancient coin forgery, pre-Columbian gold, Egyptian bronzes, and the history of gilding and silvering. Joint editor of Melal Plating and Patination (La Niece and Craddock 1993, Butterworth Heinemann, London), and on the editorial board of the journal Jewellery Studies.

Catherine METZGER is Curator in chief at the Musée du Louvre, in the Déportement des Antiquités grecques, étrusques et romaines. She has collaborated on several publications on Roman jewellery