Partenaires

CNRS Université de Provence
Ministère de la Culture, DRAC PACA Institut national d recherches préventives



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Edition > Revues & Collections > Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine > 21, 2017 - Aux portes de la Ville. La manufacture royale des Poudres et Salpêtre de Marseille et le quartier Bernard-du-Bois. Genèse d’un quartier artisanal

21, 2017 - Aux portes de la Ville. La manufacture royale des Poudres et Salpêtre de Marseille et le quartier Bernard-du-Bois. Genèse d’un quartier artisanal

Publié le 3 janvier 2017

Aux portes de la Ville. La manufacture royale des Poudres et Salpêtre de Marseille et le quartier Bernard-du-Bois. Genèse d’un quartier artisanal / éd. par Ingrid SENEPART - Paris : Errance ; Aix-en-Provence : Centre Camille Jullian, 2017 - 227 p. - (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine ; 21).
ISBN 978-2-87772-209-2 / prix : 39 €

  • Au catalogue de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix
  • Disponible pour échange contact
  • En vente auprès de votre libraire

Le projet d’aménagement et de réhabilitation immobilière de la colline Saint-Charles à Marseille, conduit par l’établissement public Euro­mé­diterranée, a donné lieu à une série de fouilles préventives menées par l’Inrap et la Ville de Marseille de 2002 à 2008. La colline est localisée dans un secteur potentiellement sensible du point de vue archéologique, en raison de sa proximité avec les portes principales de la cité antique et médiévale — ce qui laissait augurer des découvertes. Les fouilles ont livré les restes d’une manufacture royale des Poudres et Salpêtre, puis passée sous tutelle de l’État, édifiée au XVIIe siècle et en usage jusqu’au début du XXe siècle, les traces de vignobles grecs antiques, et les vestiges d’une occupation préhistorique courant du VIIIe millénaire au IVe millénaire av. J.-C.

Cet ouvrage, accompagné d’une illustration abondante et souvent inédite, est consacré à la salpêtrière et à son environnement urbain. Il est le fruit d’une collaboration étroite entre archéologues et historiens, qui permet d’offrir une première synthèse sur le quartier de la Porte d’Aix de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XIXe siècle avant que ce quartier ne se paupérise.

Installée à l’entrée de la ville près de la Porte d’Aix au lieu-dit Bernard-du-Bois, ou du Bosc, la salpêtrière a disparu très tôt de la mémoire marseillaise. Les études qui lui sont consacrées ici mettent en lumière son évolution, de sa construction à la fin du XIXe siècle, et l’étonnante aventure de ses productions et des inventions qui y étaient associées, ainsi que sa complémentarité avec la poudrerie de Saint-Chamas. Elles permettent de documenter la genèse de l’îlot Bernard-du-Bois dans lequel elle a été implantée et qui — progressivement loti à partir de 1666, au moment de l’agrandissement de Marseille — accueillait à la fois maisons particulières et fabriques à l’origine de sa réputation artisanale. Elles montrent les liens que ces activités manufacturières ont pu entretenir avec celles du vallon voisin de la Joliette et le rôle de la salpêtrière dans leur implantation. La localisation d’industries nauséabondes ou potentiellement dangereuses dans l’enceinte de la ville a été également l’occasion de décrire le rapport des Marseillais à la pollution à partir de la fin du XVIIIe siècle, moment où la sensibilité liée aux odeurs évolue, et de documenter la manière dont la cité phocéenne avait lutté contre ce fléau. Ce quartier, aux portes de la ville, se présentait aussi comme un témoin idéal pour évoquer un pan peu exploré de la géographie et de l’histoire urbaine de Marseille  : celle de la constitution de ses faubourgs et la question des limites et de l’entrée de ville.

Les archéologues ont levé un lièvre, les historiens l’ont poursuivi. Cette collaboration étroite a permis d’aboutir à un travail qui, nous l’espérons, intéressera les acteurs des deux disciplines, ainsi qu’un lectorat désireux de mieux connaître l’histoire de la cité marseillaise. Nous formons également le souhait d’avoir contribué à la promotion de l’archéologie de la période moderne préindustrielle en montrant par cet exemple qu’elle est promise à un grand avenir et encourage de belles collaborations.

Sommaire

Préface (Xavier DAUMALIN)
Avant-propos (Ingrid SÉNÉPART)
Remerciements / Auteurs

Introduction
La manufacture royale des Poudres et Salpêtre de Marseille et le quartier Bernard-du-Bois.
Genèse d’un quartier artisanal (1680-1830)
Ingrid SÉNÉPART

1 - La colline Saint-Charles avant la Salpêtrière
Sources archéologiques et historiques de 8000 av. J.-C. à 1666 ap. J.-C.
Ingrid SÉNÉPART

2 - L’îlot Bernard-du-Bois

2.1. L’îlot Bernard-du-Bois, genèse d’un quartier
Colette CASTRUCCI

2.2. Les maisons de la rue Bernard-du-Bois et le lotissement de la rue d’après les données archéologiques
Cécile CHAPPUIS, Sylvie MATHIE, Ingrid SÉNÉPART

2.3. Les fontaines de la rue Bernard-du-Bois
Ingrid SÉNÉPART

3 - La manufacture de salpêtre et de soufre

3.1. La manufacture de salpêtre et de soufre
Colette CASTRUCCI, Jean COLLINET, Brigitte De LUCA

3.2. Les matériaux et techniques mis en oeuvre dans les constructions et bâtiments de l’usine
Colette CASTRUCCI, Jean COLLINET, Brigitte De LUCA

3.3. Illustration d’une Raffinerie de salpêtre dans l’Encyclopédie ou _ Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1772)
Colette CASTRUCCI, Jean COLLINET, Brigitte De LUCA

3.4. La Poudrerie de Saint-Chamas
Colette CASTRUCCI

4 - Genèse d’un quartier artisanal

4.1. Bernard-du-Bois, naissance d’un quartier artisanal
Annick RIANI

4.2. Les brasseries Velten
Annick RIANI

4.3. « Quand le lapin sort du chapeau », autour de la Tuerie et du Lazaret, un quartier hautement spécialisé ?
Ingrid SÉNÉPART

4.4. Avez-vous le nez endurant ? Pollutions urbaines et industrielles
Annick RIANI

5 - Les limites de la ville

5.1. Où finit la ville, où commence la campagne : histoire de faubourgs, le cas de Marseille
Annick RIANI

5.2. Les vicissitudes du projet de Place royale
Annick RIANI

6 - Aux portes de la ville
Une logique contrariée ?
Ingrid SÉNÉPART

Bibliographie

Annexe 1
Reconnaissances extraites du registre de cens de l’abbaye Saint-Victor
Colette CASTRUCCI

Annexe 2
Déclarations de Directe à l’Hôtel-Dieu
Colette CASTRUCCI

Annexe 3
Actes d’achats de diverses parcelles de l’îlot Bernard-du-Bois
Colette CASTRUCCI

Annexe 4
Fleur de soufre ou soufre candi ?
Annick RIANI

Annexe 5
Les conséquences du secrétage sur la santé des ouvriers et ouvrières de la chapellerie
Annick RIANI

Dans la même rubrique :