CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Contrats de recherche

Programme ADRIBOATS

Navires et navigation en Adriatique orientale dans l’Antiquité

 
Acronyme du projet : ADRIBOATS
 
Type de contrat : Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
 
Durée du contrat : 2015-2018
 
Coordinateur : Giulia Boetto
 
Partenaires : Université de Zadar / Sveučilište u Zadru ; Musée archéologique de l’Istrie / Arheološki muzej Istre (AMI) ; Institut de conservation croate / Hrvatski restauratorski zavod (HRZ)
 
Participants CCJ : Giulia Boetto, Loïc Damelet, Anton Divić, Vincent Dumas, Alba Ferreira Dominguez, Pierre Poveda, Alex Sabastia
 
Rattaché au programme : Axe B - La mer en partage, PROGRAMME 1 - Navires et navigation
 
Objectifs :

Le programme quadriennal 2015-2018 « ADRIBOATS - Navires et navigation en Adriatique orientale dans l’Antiquité » poursuit les recherches entreprises dans le cadre du précédent programme quadriennal 2010-2013 « Navires et navigation en Dalmatie romaine : recherches d’archéologie maritime et navale à Caska (île de Pag, Croatie) ».
Ce projet avait été centré principalement sur le site côtier de Caska dont l’importance historique est liée à la tradition qui voudrait l’identifier avec la Cissa dont parle Pline (N.H., 3, 140) et qui place ce site, dès le début de l’Empire romain, au cœur d’un grand complexe maritime liée à la famille sénatoriale des Calpurnii.
Les vestiges de la façade maritime monumentale en relation avec l’occupation de Caska à l’époque impériale ont été étudiés dans le cadre de ce premier programme franco-croate. La zone littorale a fait l’objet de sondages archéologiques sous-marins qui ont permis de dégager une partie des structures du port. Lors de ces recherches, les vestiges de quatre bateaux coulés volontairement afin d’être réutilisés comme caissons de fondations d’appontements portuaires, ont été découverts et étudiés. Il s’agit des épaves cousues Caska 1, 3 et 4, et de l’épave avec assemblages à « tenons et mortaises » Caska 2.
Parallèlement aux nombreux résultats inédits portants sur le port et les navires de Caska, ce projet de recherches franco-croate a permis de récolter d’autres données fondamentales sur la construction des bateaux de l’espace Adriatique orientale. En effet, trois autres épaves de bateaux cousus ont pu être fouillées en Istrie en collaboration avec le Musée archéologique de l’Istrie / Arheološki muzej Istre (AMI) : à Pula, deux épaves romaines (Pula 1 et 2) et à Zambratija une épave monoxyle assemblée de l’âge du Bronze (fin XIIe-fin Xe s. av. J.-C.). Cette épave est, à ce jour, le plus ancien bateau cousu de Méditerranée.
Le nouveau programme ADRIBOATS poursuit la collaboration avec l’Université de Zadar / Sveučilište u Zadru à Caska et s’attache à finaliser l’étude des épaves de Zambratija et de Pula avec le Musée archéologique de l’Istrie / Arheološki muzej Istre (AMI). Avec cette institution, la fouille et l’étude de la nouvelle épave de l’Antiquité tardive de Debeljak sont aussi réalisées. ADRIBOATS continue également la collaboration avec l’Institut de conservation croate / Hrvatski restauratorski zavod (HZR) autour de l’étude d’une barque à fond plat d’époque romaine chargée de briques découverte à Kamensko, près de Karlovac dans la rivière Kupa.
En conclusion, le programme quadriennal ADRIBOATS a pour objectif principal l’étude des multiples traditions de construction navale de l’Adriatique orientale afin de cerner les influences et les transferts techniques entre espaces maritimes et espaces fluviaux. Il aborde la question des traditions pré-romaines dont l’épave de Zambratija représente déjà un exemple remarquable. Il œuvre aussi pour la formation et le transfert des connaissances vers les étudiants et les jeunes chercheurs, et pour la valorisation des résultats dans un cadre scientifique (publications, participations à des colloques et séminaires de recherches) et auprès d’un plus large public (expositions, journées portes ouvertes, conférences).