Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0) 442 52 42 68

Accueil > À la une

La Butte Saint-Antoine à fréjus (Var). Naissance d’une ville

Lucien Rivet : La Butte Saint-Antoine à Fréjus (Var). Naissance d’une ville : Forum lulii : Bilan des fouilles archéologiques 2008-2017. Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée – PULM, 794 p. (Supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise ; 54).
ISBN 979-10-92655-20-9. 50 €

Sur la Butte Saint-Antoine, une série de campagnes de fouilles programmées livre enfin des éclairages sur la fondation de Fréjus, avec la mise en évidence des vestiges d’un habitat organisé d’époque tardo-républicaine, datable des années 45-44 av. n.è., alors qu’aucun contexte de chronologie équivalente n’existe sur l’emprise de la future ville. Ainsi. le lieu précis d’origine du Forum lulii créé par Jules César est désonnais localisé et ne couvre qu’une faible ampleur. La profondeur des vestiges, leur morcellement par les aménagements postérieurs et leur fragilité compliquent les recherches sur ce noyau urbain inscrit dans un carroyage orthonormé. Longées par des rues, les maisons sont d’aspect modeste sauf une, plus cossue, traduisant des influences italiques. Les bâtiments les plus simples sont intégralement détruits vers 27-25 av. n. è. pour faire place à de petites habitations à nouveau très ordinaires formant un lotissement. Vers 15 av. n. è., cette petite agglomération est rasée et tout le site est remodelé par des travaux imposants : une enceinte est bâtie en même temps que sont déversés de volumineux remblais pour constituer une esplanade de 16 000 m2 qui soutient un bâtiment de près de 10 000 m2. Le plan de ce monument, accolé aux courtines sur deux de ses côtés, dénote une architecture rationnelle et est identifié à un siège de l’admi­nistration impériale, probablement en lien avec le port attenant ; c’est un prétoire, une découverte remarquable dans la mesure où ces centres de pouvoir sont peu connus dans le monde romain.
Les successions stratigraphiques couvrant les trois décennies de ces trois occupations, entre 45 et 15 av. n. è., procurent un mobilier archéologique exceptionnel par son abondance, sa qualité et sa diversité, et contribuent à proposer des datations très précises réparties en une douzaine de paliers chronologiques.
Si l’essentiel de cet ouvrage porte sur la haute Antiquité romaine, les recherches de terrain livrent également des nouveautés sur l’âge du Bronze, ainsi gue sur les périodes qui se développent de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine.

Sur le site de l’éditeur : PULM