Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UAR 3125
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0) 442 52 42 68

Accueil > Diffusion > Edition > Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine (BiAMA)

33, 2022 - Hispana negotia. Essai sur le commerce au long cours de l’Hispanie romaine (IIe s. av. J.-C. - IIe s. apr. J.-C.)

Hispana negotia. Essai sur le commerce au long cours de l’Hispanie romaine (IIe s. av. J.-C. - IIe s. apr. J.-C.) / Christian Rico. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2022. - 216 p. - (Archéologies méditerranéennes. Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine ; 33).

ISBN 9791032004180/ prix 38 €
ISSN 2101-2849

  Au catalogue de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix
  Disponible pour échange contact
  En vente auprès de votre libraire

Présentation

Au sein de l’Empire romain, les provinces d’Hispanie ne furent certainement pas, sur le plan économique, les moins prospères. Principale pourvoyeuse, à l’Ouest, de métaux dès la fin de la République, l’Hispanie approvisionna, au long des deux premiers siècles de notre ère, Rome, ses soldats et la moitié occidentale de son Empire en vin, en huile et en salaisons et sauces de poissons. Le trafic qui se mit en place au départ des régions productrices de cet extrême-Occident est révélé par des dizaines d’épaves et de sites sous-marins en Méditerranée et, sur terre comme en mer, par les nombreux lingots métalliques et les innombrables restes des amphores utilisées, qui attestent sa vitalité. Ce sont ces données et les informations qu’elles contiennent, en particulier épigraphiques, réunies et commentées, confrontées entre elles et croisées avec les textes littéraires et les inscriptions lapidaires, qui constituent la matière de cet ouvrage dont l’ambition est de proposer, pour la première fois, une réflexion d’ensemble sur l’organisation d’un commerce au long cours qui se diversifia, s’amplifia et se structura sur près de quatre siècles, une réflexion plus particulièrement centrée sur les acteurs qui l’animèrent et les réseaux qu’ils bâtirent peu à peu. Ce sont eux qui assurèrent à l’Hispanie une des toutes premières places dans le commerce d’exportation de Rome entre le IIe s. av. J.-C. et la fin du IIe s. de notre ère. Ce livre les place à juste titre au cœur de la réflexion.

Table des matières

Préface Catherine Virlouvet, p. 5
Avant-propos, p. 7
Introduction, p. 9

PREMIÈRE PARTIE : LES EXPORTATIONS LOINTAINES DE L’HISPANIE. LES PRODUITS ET LEURS MARCHÉS

1. La place des métaux hispaniques dans le commerce maritime romain, p. 18
1.1. Les métaux hispaniques à la fin de l’époque républicaine
1.1.1. Carthago Noua, cœur de l’activité minière romaine à la fin de la République
1.1.2. Un district prometteur : la Sierra Morena
1.1.3. Deux inconnus : l’étain et le fer
1.2. Les métaux hispaniques au début de l’époque impériale, p. 27
1.2.1. L’essor du plomb de la Sierra Morena
1.2.2. Un métal en pleine expansion : le cuivre
1.2.3. La place de l’étain hispanique. À propos de Port-Vendres II et de quelques autres épaves en Méditerranée

2. Vins, huile et salaisons de poissons. Les autres grands produits du commerce hispanique à l’époque impériale, p. 36
2.1. Production et commerce des vins de la péninsule Ibérique, p. 37
2.1.1. Quels vignobles pour l’exportation au loin ?
2.1.2. Des vins et des amphores
2.1.3. La diffusion des vins d’Hispanie. Marchés et transport
2.1.4. La question du commerce de vin en vrac
2.2. huile et salaisons de poissons : des spécialités de l’Hispanie romaine, p. 48
2.2.1. Un « artisanat au service du goût du pourri » : salaisons et sauces de poisson
2.2.2. Oleum baeticum : l’huile du Guadalquivir
2.2.3. L’exportation des saumures et de l’huile hispaniques. Marchés et progression
Conclusion, p. 64

DEUXIÈME PARTIE : LE PETIT (?) MONDE DES MARCHANDS DE L’HISPANIE ROMAINE

1. Identifier les marchands. Les données de l’épigraphie de l’instrumentum, p. 69
1.1. Les marques sur lingots, p. 70
1.1.1. Les lingots de plomb
1.1.2. Les lingots de cuivre
1.1.3. Les cachets impériaux
1.2. L’épigraphie amphorique, p. 78
1.2.1. Les timbres
1.2.2. Les tituli picti

2. Nommer les marchands. L’apport des textes et de l’épigraphie lapidaire, p. 84
2.1. Nauicularius, p. 84
2.2. Mercator et negotiator, p. 86
2.3. Diffusor olearius, p. 91

3. Caractériser les marchands. Pour une approche socio-professionnelle du monde des acteurs
du commerce hispanique, p. 94
3.1. Affranchis et ingénus, p. 95
3.2. Un milieu “cosmopolite” ?, p. 97
3.2.1. Les marchands italiques
3.2.2. La place des “Espagnols”
3.2.3. Les Gaulois et le commerce de la Bétique
3.3. L’organisation professionnelle des marchands de l’Hispanie romaine, p. 101
3.3.1. Les associations commerciales
3.3.2. Les collèges professionnels
Conclusion, p. 109

TROISIÈME PARTIE : DU PRODUCTEUR AU CONSOMMATEUR : L’ORGANISATION DU COMMERCE DE L’HISPANIE ROMAINE (IIe s. av. J.-C. – IIe s. apr. J.-C.)

1. Rassembler les marchandises. Acteurs, réseaux locaux et infrastructures du commerce d’exportation de l’Hispanie romaine, p. 114
1.1. Les réseaux de commerce locaux, p. 114
1.1.1. Les marchands du “premier échelon”
1.1.2. Des réseaux et des hommes. Le cas du négoce de l’huile
1.1.3. En finir avec un mythe ? L’implication des élites dans le commerce d’exportation
1.2. Les Ports d’exportation et les réseaux portuaires associés, p. 125
1.2.1. Carthago Noua
1.2.2. Tarraco, Barcino et autres lieux d’expédition du vin de Tarraconaise
1.2.3. Gades
1.2.4. Hispalis

2. Organiser les expéditions. Navires, routes et relais du commerce hispanique, p. 132
2.1. Le commerce du plomb de Carthago Noua aux deux derniers siècles de la République, p. 132
2.2. Tonnages et composition des cargaisons : l’organisation des frets à partir de la province de Bétique, p. 136
2.3. Commerce en ligne directe et commerce de redistribution : les routes du commerce hispanique, p. 141

3. Réceptionner et (re)distribuer. Du “marché de gros” aux grands marchés de l’économie hispanique, p. 148
3.1. Au cœur du système : les negotiatores, « marchands du dernier échelon » ?, p. 148
3.2. L’huile de Rome, entre initiative privée et commerce annonaire, p. 155
3.3. Le commerce aux armées. Questions autour de l’arrivée de l’huile de bétique en Germanie
et en Bretagne, p. 164
Conclusion, p. 171

Conclusion générale, p. 173
Annexe, p. 177
Références bibliographiques, p. 187