Ministère de la Culture
En partenariat avec
Suivez-nous sur

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Actualités du laboratoire > Soutenances

Soutenance de thèse de Lucas BANCHETTI

AVIS DE SOUTENANCE DE THÈSE

Monsieur Lucas BANCHETTI

présentera ses travaux en soutenance le 24 juin 2022 à 9h00 - Salle Duby
MMSH (AMU/CNRS) 5, rue du Château de l’Horloge CS 90412 – 13097 Aix-en-Provence cedex 2

pour l’obtention du diplôme : doctorat Archéologie

Titre des travaux : Le mobilier métallique d’Arles et sa région (VIIIe s. av. n.è. - Ier s. de n.è.) : entre réseaux d’échanges et systèmes économiques

Ecole doctorale : ESPACES, CULTURES, SOCIETES
Directeurs : DOMINIQUE GARCIA et Jean-Christophe SOURISSEAU
Laboratoire : CCJ - Centre Camille Jullian

Membres du jury :

  • Mme RÉJANE ROURE - Maîtresse de conférences - Université Paul Valéry, Montpellier 3,
    site Saint-Charles 2 FRANCE
  • M. STEPHAN FICHTL - Professeur des universités - Université de Strasbourg FRANCE
  • Mme ANNE LEHOËRFF - Professeure des universités - Université de Cergy-Pontoise FRANCE
  • M. STÉPHANE VERGER - Directeur d’études - École Pratiques des Hautes Études FRANCE
  • M. DOMINIQUE GARCIA - Professeur des universités - Aix-Marseille Université FRANCE
  • M. JEAN-CHRISTOPHE SOURISSEAU - Professeur des universités - Aix-Marseille
    Université FRANCE

La soutenance est publique

RESUME

Fondée dans le courant du VI’ s. av. n.è. sur la rive gauche du Rhône, Arles bénéficie d’une situation géographique avantageuse et profite d’un réseau hydrographique vanté par Strabon. Cet auteur qualifie l’agglomération arlésienne d’emporion sans que l’on ne comprenne toutefois ni le sens exact de cet emploi ni la période qu’il caractérise. Cette question de statut est pourtant centrale dans l’histoire arlésienne puisqu’elle conditionne la nature de l’établissement protohistorique. Mon travail de doctorat, chronologiquement borné entre le VIII’ s. av. n.è. et la période augustéenne, permet de proposer une synthèse d’Arles protohistorique, centrée sur les contacts interculturels à l’intérieur du territoire arlésien, dans une agglomération où Gaulois et Grecs se côtoient dès 510 jusqu’au bouleversement de peuplement occasionné par la fondation de la colonie césarienne en 46. Cette étude se propose de définir le faciès de l’emporion par l’intermédiaire d’un matériel rarement mis à contribution : le mobilier métallique. Ce dernier permet de traiter toutes les formes d’échanges, économiques et surtout socio-culturels, dont l’analyse se confronte ici à un examen théorique des principaux modèles anthropologiques. Grâce à l’élaboration d’une méthode d’étude rapide et précise, adaptée à un matériel à la qualité de conservation inégale, ce sont 2 300 objets provenant de 45 sites qui ont été rassemblés dans une base de données relationnelle. Le mobilier métallique d’Arles, mis en parallèle avec les données céramologiques, architecturales ou archéozoologiques, révèle la mixité ethnique et culturelle précoce de ses habitants, impliqués dans des réseaux d’échanges dès le Bronze final. Au terme de ce travail, Arles s’avère être un lieu d’échange privilégié dont l’attractivité économique ne faiblit pas sur la totalité de la période considérée ; elle apparaît également comme un centre métallurgique précoce. La mixité du peuplement d’Arles est par ailleurs prouvée par les innovations architecturales aux traits méditerranéens évidents, ainsi que dans l’armement, mais se nuance par l’usage d’un costume résolument celtique. Cette situation illustre les processus acculturatifs gaulois essentiellement marqués par la persistance sur le temps long de pratiques socio-culturelles et rituelles locales.

Mots-clefs : Arles, âge du Fer, emporion, échanges, identité, métallurgie