CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Sur le terrain > Chantiers de fouilles > ITALIE, Sicile : Megara Hyblaea

Travaux en cours

Mégara Hyblaea est une colonie grecque fondée sur la côte est de la Sicile par des Mégariens vers 728 av. J.-C., une vingtaine de km au Nord de Syracuse. Redécouvert à la fin du XIXe s., le site fait l’objet depuis 1949 d’une collaboration entre la Surintendance de Syracuse et l’Ecole française de Rome. Le bilan des fouilles anciennes a été dressé en 2004 dans le volume M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque. (sur l’histoire de la fouille et la bibliographie, voir le site de l’École française de Rome ).

Arrêtées en 1994 à la mort de G. Vallet, les fouilles ont repris en 2006 dans le cadre du programme européen POR Sicilia 2000-2006, avec une mission de l’École française de Rome dirigée par H. Tréziny (Centre Camille Jullian), en collaboration avec la Surintendance. En 2006, la mission française a réalisé une fouille de 4 mois dans le secteur de la porte archaïque Ouest, dégagée à la fin du XIXe s. par F.S. Cavallari et P. Orsi. La fouille a confirmé dans son ensemble la chronologie proposée pour le rempart archaïque dans Mégara Hyblaea 5 : au moins trois phases du rempart archaïque, dont deux antérieures à la fin du VIIe s., ce qui fait de l’enceinte urbaine de Mégara l’une des plus anciennes du monde grec (premiers résultats de ces fouilles dans la chronique des fouilles de l’École française de Rome, MEFRA 120-1, 2008, p. 256-260)

Section de l'agger de Mégara Hyblaea, VIIe s. av. J.-C.

Section de l’agger de Mégara Hyblaea, VIIe s. av. J.-C.

La mission française contribue également à l’aménagement du nouveau musée de site. Mégara Hyblaea est aussi l’un des rares sites grecs de Sicile pour lequel il soit possible d’étudier sur de larges surfaces le plan urbain archaïque, sans trop de perturbations d’époque hellénistique ou moderne. D’où la mise en place d’un programme de prospections géophysiques commencées en 2008 avec la société Géocarta (Paris), poursuivies aujourd’hui avec l’Université anglaise de Bradford.

Plan de mégara Hyblaea, fév. 2014

Plan schématique de la ville archaïque intégrant les prospections géophysiques 2008-2012

L’effort actuel de la mission, dirigée par H. Tréziny et J.-C. Sourisseau (CCJ), avec la collaboration du Centre Jean Bérard et de plusieurs institutions françaises et étrangères, porte sur la publication de deux volumes de la série Mégara Hyblaea consacrés respectivement à la ville classique, hellénistique et romaine (dir. H. Tréziny) et à la nécropole archaïque méridionale (dir. H. Duday et M. Gras), ainsi qu’à la poursuite des travaux de Fr. Villard sur la céramique archaïque (dir. J.-C. Sourisseau).

Un rapport annuel est publié dans les chroniques des MEFRA et depuis 2012 dans les chroniques en ligne de l’Ecole française de Rome (http://cefr.revues.org)

Bibliographie récente :

  • M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque, Mél. d’Arch. et d’Histoire de l’Ecole Française de Rome, Supp. 1, vol. 5, Rome 2004, IX+650 p.
  • H. Tréziny, Nouvelles recherches à Mégara Hyblaea, Bulletin de la Société française d’archéologie classique, 2005-2006, RA 2007/1, p. 183-188.
  • H. Tréziny, De Mégara Hyblaea à Sélinonte, de Syracuse à Camarine : le paysage urbain des colonies et de leurs sous-colonies, dans M. Lombardo, éd., Colonie di colonie : le fondazioni sub-coloniali greche tra colonizzazione e colonialismo. Atti del Convegno internazionale (Lecce, 22-24 giugno 2006). Galatina, 2009, p. 161-181.
  • M. Gras, H. Tréziny, L’artisanat à Mégara Hyblaea, dans J.-P. Brun, éd., Artisanats antiques d’Italie et de Gaule. Mélanges offerts à Maria Francesca Buonaiuto. Naples 2009 (coll. Centre Jean Bérard, 32), p. 87-98.
  • H. Nicolet-Pierre, Monnaies d’argent d’époque hellénistique en Sicile sud-orientale. Le trésor de Mégara Hyblaea 1966 (IGCH 2180), MEFRA 121/1, 2009, p. 21-81.
  • Ph. Boissinot, Les vignobles des environs de Mégara Hyblaea et les traces de la viticulture italienne durant l’Antiquité. MEFRA 121/1, 2009, p. 83-132.
  • H. Tréziny, Aux origines de Mégara Hyblaea , dans A. Mazarakis-Ainian, éd., The « Dark Ages » revisited, actes du colloque international de Volos, 14-17 juin 2007, Volos 2011.
  • H. Tréziny, A propos d’une inscription funéraire paléochrétienne de Mégara Hyblaea », dans Y. Codou et M. Heijmans, éd., Hommages à J. Guyon, Provence Historique 61, 2011, fasc. 243-244, p. 127-134.
  • H. Tréziny, L’agora de Mégara Hyblaea, dans C. Ampolo, éd., Agorai di Sicilia, agorai d’Occidente. Atti del seminario du Studio, Pisa, 30 giugno-2 luglio 2008, Pise 2012, p. 119-123.
  • H. Tréziny, Aux origines de Mégara Hyblaea », dans A. Mazarakis-Ainian, éd., The “Dark Ages” Revisited. Acts of an International Symposium in Memory of William D.E. Coulson, University of Thessaly, Volos, 14-17 June 2007, Volos, 2011, p. 491-500.
  • H. Tréziny, Grecs et indigènes aux origines de Mégara Hyblaea », MDAI (R), 117, 2011, p. 15-34.
  • M. Gras et H. Tréziny, Megara Hyblaea in età arcaica. Bilancio e prospettive della ricerca, dans Alle origini della Magna Grecia. Mobilità, migrazioni, fondazioni.", atti del 50° convegno di studio sulla Magna Grecia (Taranto, 1 - 4 Ottobre 2010), Tarente 2012, p. 1133-1147.
  • H. Tréziny, Mégara Hyblaea vers 600 av. J.-C., dans L. Pernet et St. Verger, éd., Une Odyssée gauloise, Arles 2013, p. 288-292.
  • L. Guzzardi, Recenti dati di scavo e prospettive di ricerca a Megara Hyblaea e nel suo comprensorio, dans S. Bouffier et A. Hermary, éd., L’Occident grec de Marseille à Mégara Hyblaea. Hommages à Henri Tréziny, Paris 2013 (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 13), p. 177-184.
  • L. Claquin et Cl. Capelli, Les braséros tripodes à Mégara Hyblaea : analyses typologiques et archéométriques, ibid., p. 185-201.
  • Fr. Mège, Bain et hygiène en contexte privé à Mégara Hyblaea : quelques exemples de salles de bain, ibid., p. 203-213.
  • H. Duday , R.-M. Bérard, J.-Chr. Sourisseau, Les vases en céramique utilisés comme réceptacles funéraires : sépultures primaires à inhumation ou dépôts secondaires à crémation ? Quelques réflexions à propos de la nécropole méridionale de Mégara Hyblaea, ibid. p. 215- 227.