Ministère de la Culture
En partenariat avec
Suivez-nous sur

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Chantiers et missions archéologiques > En France

20 | Aléria, le complexe de nécropoles (2020- )

Aléria, vue générale des sondages 2020
(cliché drone M. Azema, S. Kowalczyk, Crédit Drac Corse 2020)

Description des opérations et objectifs

Aléria, en Haute-Corse, a été occupée depuis le Néolithique ancien jusqu’au IVe-Ve s. de notre ère. Mentionné par Hérodote en tant que colonie grecque-phocéenne dans le deuxième quart du VIe s. av. J.-C., le site est occupé de manière stable par les Étrusques probablement dès 540 av. J.-C., suite à la bataille qui prend son nom du toponyme grec d’Aléria, Alalia (Hérodote, Hist., I, 165). En 259 av. J.-C. la cité est prise par les Romains.
La nécropole d’Aléria est connue grâce aux fouilles réalisées entre les années 1960 et 1980 par Jean et Laurence Jehasse. Son utilisation est à ce jour documentée entre la fin du VIe s. av. J.-C. et le IIIe s. de notre ère, soit entre la phase étrusque archaïque et la phase romaine impériale. Il s’agit de l’unique nécropole de faciès étrusque répertoriée en France, attestant, à présent, du seul site d’occupation étrusque stable en dehors de la péninsule italique.
Interrompues pendant près de quarante ans, les recherches sur cette nécropole ont été reprises ces dernières années grâce à plusieurs opérations à caractère patrimonial et scientifique engagées par le ministère de la Culture/Drac Corse.
Depuis 2018/2019, au sein du PCR Aléria et ses territoire : approches croisés (AOROC), le CCJ coordonne la reprise des archives et des collections des anciennes fouilles de la nécropole dans l’objectif de leur remise en contexte.
Une opération d’archéologie préventive réalisée en 2019 par l’Inrap a permis plus particulièrement de reprendre les recherches de terrain sur un secteur de nécropole d’époque romaine recelant un hypogée de phase étrusque (nécropole de Lamajone). Depuis 2020, des opérations programmées de terrain s’inscrivent dans la continuité des opérations préventives et des recherches menées sur les archives. Ces recherches ont permis de mettre en évidence que les espaces à vocation funéraire du site sont étendus bien au-delà du périmètre de la « nécropole de Casabianda », classée MH, telle qu’elle est connue par les publications. Ils se développent sur une superficie de plus 100 ha et sont organisés en au moins 16 secteurs. Casabianda, bien que le plus monumental connu dans son ensemble, n’en est qu’un, le plus méridional et le plus éloigné de l’habitat connu à ce jour.
L’objectif des nouvelles opérations de terrain est de préciser la spatialité de la nécropole d’Aléria et d’en vérifier les limites au-delà de la vaste zone concernée par les fouilles du siècle dernier. Le choix a été fait de centrer les recherches sur la « voie funéraire », le chemin creux orienté nord-sud révélé par les anciennes fouilles à Casabianda. L’analyse des images aériennes a permis de reconnaître le tracé de ce chemin au nord et sud du tronçon mis au jour à Casabianda. Des sondages réalisés en 2020 ont confirmé ce tracé et permis de localiser un nouveau secteur de nécropole et sans doute un secteur d’occupation périphérique d’époque archaïque s’étendant vers le littoral.
L’objectif général de ces recherches est, d’une part d’appréhender le développement du site d’Aléria entre l’époque archaïque et la période romaine, et d’autre part de poursuivre les recherches sur ses espaces à vocation funéraire. Bien que les anciennes fouilles aient mis au jour 178 sépultures, les connaissances sur les pratiques funéraires et leur évolution dans le temps restent très approximatives. Encore plus lacunaire est la connaissance de l’organisation architecturale et spatiale interne des secteurs à utilisation funéraire et il est souhaitable d’accroître les données issues d’opérations menées selon les méthodes actuelles de l’archéologie.

Type de contrat

  • Prospection thématique avec Sondages (2020)
  • Fouilles programmées (depuis 2021)
  • Financement ministère de la Culture

Responsable scientifique

Federica Sacchetti (ministère de la Culture, CCJ)

Participants

Franck Allegrini Simonetti (Collectivité de Corse), Jean-Michel Bontempi (Collectivité de Corse), Marie Brigitte Carre (CNRS), Laetitia Cavassa (CNRS), Philippe Ecard (Inrap), Tomoo Mukai (CNRS), Catherine Rigeade (Inrap), Kevin Peche-Quilichini (Collectivité de Corse, Musée de l’Alta Rocca), Laurent Vidal (Inrap).

Partenaires

  • Ministère de la Culture
  • Collectivité de Corse
  • Inrap

Rattaché au programme

Axe A – Ville, territoires et peuplements, PROGRAMME 2 – Villes et territoires du monde grec et contacts interethniques

Bibliographie

- Articles

F. Sacchetti à paraître 2021 : Aleria-Casabianda, quarante ans après. La remise en contexte des anciennes données de fouille et la découverte du complexe de nécropoles d’Aleria, In : V. Jolivet (dir.), Retour à Aleria : recherches récentes, à paraître 2021.

- Notices scientifiques

F. Sacchetti et al. à paraître 2021 : « Aléria, les nécropoles : analyse spatiale d’une occupation » [notice archéologique], Bulletin scientifique régional, Corse.

Ph. Écard 2021 : « Aléria – Arboratella e Pirelli (parcelle C209) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53842

V. Jolivet, « Aléria et ses territoires : approches croisées » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/50587

L. Vidal et al. 2021 : « Aléria – Lamajone » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 06 février 2021, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/53857

V. Jolivet 2020 : « Aléria et ses territoires : approches croisées » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 09 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/47766

- Rapports d’opération
F. Sacchetti dir. 2020 : Aléria, les nécropoles. Étude spatiale d’une occupation diachronique, Rapport de Prospection Thématique avec Sondages, Aix-en-Provence, 2020.

Vidal dir. 2020 : Vérifications archéologiques préalables aux travaux de réenfouissement du site de Casabianda, Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap Midi-Méditerranée, juillet 2020.

J.-M. Bontempi, L. Cavassa, M.B. Carre, T. Mukai, F. Sacchetti, Mission de tri et de récolement de la collection Jehasse à Aléria, Rapport 2019 (Aléria – Haute-Corse).

Ph. Ecard dir. 2021 : Aléria, Arboratella et Pirelli C209, Rapport final d’opération, diagnostic archéologique, Nîmes, Inrap Midi-Méditerranée, 2019, p. 79-124.

F. Sacchetti et al. 2019 : Les nécropoles, dans V. Jolivet (dir.), Aleria et ses territoires (Aléria – Haute-Corse), Rapport de Programme Collectif de Recherche 2019, p. 126-152.

F. Sacchetti, Étude des contextes, dans Ph. Ecard dir., Aléria, Arboratella et Pirelli C209, Rapport final d’opération, diagnostic archéologique, Nîmes, Inrap Midi-Méditerranée, 2019, p. 79-124.

Vidal dir. 2019 : Aléria (2B) Lamajone, Rapport final d’opération de diagnostic, Nîmes, Inrap Midi-Méditerranée, 2019.

F. Sacchetti et al., Les nécropoles, dans V. Jolivet (dir.), Aleria et ses territoires (Aléria – Haute-Corse), Rapport de Programme Collectif de Recherche 2018, p. 87-151.