Ministère de la Culture
En partenariat avec
Suivez-nous sur

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > À la une > Archive des Unes

Disparition de Patrice Pomey

Nous avons la très grande tristesse de vous annoncer la disparition de notre collègue et ami Patrice Pomey, qui nous a quitté hier, dimanche 7 mars, des suites d’une longue maladie.
Directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du Drassm (1984-1990) et du Centre Camille Jullian (2000-2008), ancien membre de l’Ecole Française de Rome, spécialiste de l’archéologie navale antique, Patrice Pomey a grandement contribué à l’essor de l’archéologie sous-marine française et à son rayonnement international. Ses multiples fouilles et travaux, la création du bureau d’archéologie navale et sa contribution à la formation de plusieurs générations de chercheurs ont profondément marqué notre laboratoire et la communauté des chercheurs en France comme à l’étranger.
Reste le souvenir d’un homme curieux, bienveillant et toujours soucieux de transmettre son savoir aux plus jeunes chercheurs.
Nos pensées vont à Monique et à leurs enfants, Marie-Laure, Hadrien et Nicolas.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Hommage à Patrice Pomey
Cealex : https://www.cealex.org/evenement/patrice-pomey/

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris que Patrice Pomey s’était éteint, entouré des siens.
Patrice avait passé deux ans au CEAlex entre 2008 et 2010 et nous avait apporté, avec toute sa science et sa gentillesse, son amour pour les bateaux d’hier et d’aujourd’hui. Dans le film, Les voiles de Borollos, réalisé en 2009 et 2010, il a exploré un des derniers refuges de la pêche traditionnelle sur ce lac situé entre Delta du Nil et Méditerranée, avec ces bateaux uniques, bas sur l’eau, propulsés par une voile latine surdimensionnée ; il a suivi la construction de l’un d’entre eux depuis la pose de la quille jusqu’à son lancement. Dans Bateaux cousus du Kerala, réalisé en 2012 et visionné depuis par plus de 110.000 personnes, il est parti en Inde examiner ces bateaux à la technique de fabrication très particulière, qui faisaient écho à ses recherches sur les bateaux découverts sur les bords de la mer Rouge et remontant aux temps des Pyramides et sur les bateaux grecs archaïques qu’il avait fouillés à Marseille.
Le beau volume, La batellerie égyptienne. Archéologie, histoire, ethnographie, édité par ses soins (Études Alexandrines 34, 2016) a mis en exergue en faisant appel aux sources tant archéologiques, historiques, philologiques et papyrologiques qu’ethnographiques les caractéristiques propres de cette batellerie nilotique et lacustre depuis l’époque pharaonique jusqu’aux temps modernes. Sa culture et sa largeur de vue, sa bienveillance et sa disponibilité resteront un modèle pour nous tous.

Photo : Patrice Pomey, lac Borollos, 2010. André Pelle © Archives CEAlex

Article publié le 10/03/2021

- MMSH https://www.mmsh.univ-aix.fr/News/Pages/Flash-530.aspx

Patrice Pomey, ancien directeur du Centre Camille Jullian, nous a quittés.

Après un long combat contre la maladie, Patrice Pomey nous a quittés à l’aube du 7 mars 2021, entouré des siens. Homme de cœur et grand savant, il a mené une carrière exemplaire et laisse ses proches, amis et disciples dans la peine.

Ancien membre de l’Ecole française de Rome (1971-1974), il se spécialise rapidement dans l’archéologie sous-marine et assure la direction du Département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) entre 1984 et 1991, avant de prendre celle du Centre Camille Jullian entre 2000 et 2008. Il consacre sa vie aux croisements entre recherche et formation, recherche et valorisation. Parcourant inlassablement la Méditerranée, il fait quelques détours, dont un séjour en Inde pour étudier les techniques traditionnelles de l’architecture navale et comparer les bateaux cousus de l’Antiquité marseillaise ou égyptienne avec ceux de Kerala. Outre ses nombreuses publications scientifiques, on se rappellera les ouvrages qu’il a publiés avec ses compagnons de traversée, Piero Alfredo Gianfrotta et Eric Rieth, La navigation dans l’Antiquité en 1978 et L’archéologie navale en 2005. Chargés de toucher étudiants et public éclairé, ils demeurent des ouvrages de référence. Directeur de recherche au CNRS, Patrice Pomey forme des générations de chercheurs qui aujourd’hui contribuent, à sa suite, au rayonnement de l’archéologie sous-marine française, en particulier aixoise. Son dernier projet résume bien ce qui le motiva pendant toute sa carrière : en 2012, dans le cadre de Marseille capitale de la culture 2013, il monte un programme d’archéologie expérimentale pour fabriquer la réplique d’un des bateaux qu’il a fouillés en 1993 sur la place Jules-Verne à Marseille et reconstitués. Entouré de ses élèves, de charpentiers, de spécialistes de l’architecture navale, il met le Gyptis à l’eau en 2013, après 7 mois de construction pendant lesquels l’équipe restitue les gestes, les techniques et les savoir-faire des charpentiers navals phocéens. Aujourd’hui le Gyptis vogue d’une côte à l’autre et permet d’accroître notre connaissance des compétences des marins antiques et de leur compréhension des conditions maritimes. Il accueille aussi parfois à son bord parents et enfants à l’occasion des Journées nationales de l’archéologie ou des fêtes de la science, fidèle à l’esprit d’ouverture et à la générosité dont Patrice Pomey témoigna tout au long de son parcours. Patrice Pomey était un homme discret, modeste, profondément humain. Il va nous manquer.