Ministère de la Culture
En partenariat avec
Suivez-nous sur

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Actualités du laboratoire > Colloques | Journée d’études (hors séminaires)

ATELIER CERAMOPOLE

Séance du céramopôle le mardi 15 décembre 2020 à partir de 16h30, en ligne.

Aurore Lambert (Eveha / UMR 7268), séance consacrée à l’archéologie et la dactyloscopie.

https://ceramopole.hypotheses.org/392

Résumé :

L’étude des traces papillaires en contexte archéologique est quasiment anecdotique. Alors que les méthodes provenant des champs forensiques viennent se mêler à l’expertise archéologique pour enrichir l’interprétation de ses contextes, l’analyse dactylotechnique n’est que peu utilisée. Pourtant, son apport peut être considérable. Les traces papillaires sont récurrentes en contexte archéologique comme le montrent leurs nombreuses mentions à travers notre état des lieux de la littérature. Depuis la Préhistoire et à travers le monde entier, des traces papillaires nous sont parvenues. Leurs supports sont variés mais l’argile est le support le plus récurrent des traces en contexte archéologique.

Une première analyse dactyloscopique au sein d’ateliers de potiers à Lezoux (Lambert et al. 2018) nous a permis d’établir un protocole de prélèvement et l’étude des traces papillaires observées sur des éléments d’enfournement. Nous avons appliqué ce même protocole aux productions céramiques mises au jour au sein des ateliers de potiers fouillés par L. Cavassa dans la ville antique de Pompéi, à Porta Nocera et Porta Ercolano, en 79 de notre ère (Cavassa et al. 2019).

Deux volets constituent les études :

Découvrir, définir et identifier des traces papillaires laissées sur les artefacts
Interpréter les traces à travers les contextes archéologiques
Nous développons actuellement un nouvel axe de recherche afin de vérifier les méthodes d’estimation de l’âge et de détermination sexuelle d’un sujet à partir d’une empreinte digitale. Les informations que peut apporter l’analyse dactyloscopique sont à la fois techniques et sociales. La trace par sa localisation et sa nature nous permet de percevoir la biomécanique du geste effectué par le sujet, renseignant ainsi sur la chaîne opératoire. Toutes traces apportent des données sur un sujet vivant précis. Ainsi, une trace est un enregistrement biologique concret d’un acte culturel spatialement et chronologiquement définissable.

Pour cette séance, pensez à vous inscrire en répondant à ce mail et nous vous communiquerons d’ici quelques jours l’invitation zoom.

ceramopole.hypotheses.org
ceramopole.mmsh.univ-aix.fr
https://ceramopole.hypotheses.org/392