Ministère de la Culture
En partenariat avec
Suivez-nous sur

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
CS 90412
13097 Aix-en-Provence Cedex 2
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Annuaire > Chercheurs associés

MARTY Frédéric

Attaché de conservation du patrimoine
Métropole Aix-Marseille Provence / Territoire Istres Ouest Provence / Direction du Patrimoine Culturel
 
 
 
 
 
 
Coordonnées

Direction du Patrimoine Culturel,
chemin du Rouquier, BP 10647,
13808 Istres Cedex

04 42 11 27 73
frederic.marty[at]ampmetropole.fr

Parcours professionnel et scientifique

1999 : entrée au musée archéologique d’Istres
Distinctions

Responsabilités administratives et scientifique

Responsable du département archéologie et conservation de la Direction du Patrimoine Culturel Istres Ouest Provence, en particulier des collections du musée d’Istres et des dépôts archéologiques terrestre et sous-marin de Fos-sur-Mer.

2011 : Responsable d’opération de la fouille préventive de l’agglomération gallo-romaine du Castellan (Istres).

2012-2013 : Responsable d’opération du diagnostic archéologique de la déviation Miramas-Grans.

2014-2019 : Co-responsable du PCR Fossae Marianae, le système portuaire antique du golfe de Fos et le canal de Marius.

Travaux en cours

Thèmes de recherche ou missions principales

Etude des céramiques de la Protohistoire et de la période antique.
Etude du port antique de Fos et de l’occupation protohistorique et antique à l’ouest de l’étang de Berre.

Programmes de recherche du CCJ

Axe B : la mer en partage. PROGRAMME 2 - Espaces littoraux

(coordonné par M.-B. Carre, S. Fontaine, C. Rousse)

Appuyé sur des recherches de terrain tout autour de la Méditerranée, les deux volets de ce programme concernent l’aménagement du littoral : d’une part – dans un large horizon chronologique - les complexes portuaires avec leurs structures bâties organisant le paysage (quais, aménagements portuaires, entrepôts etc) ; d’autre part, les villae maritimes d’époque romaine, avec l’objectif d’étudier leur implantation sur les littoraux, d’analyser leur fonction économique et leur rôle dans la structuration du territoire.

Les ports

• Un important volet est consacré aux Bouches du Rhône. Le projet Fossae Marianae a pour ambition la reprise et le développement des recherches archéologiques, historiques et paléo-environnementales liées à l’installation, au fonctionnement et à l’abandon du complexe portuaire antique de Fos et de sa liaison avec Arles via le canal de Marius. Parallèlement se poursuivent les recherches sur le port de l’Antiquité tardive d’Ulmet (Arles - Camargue).

• En Grèce, les études du port de Kyllene (coll. Finish Institute et Univ. Patras) et du système portuaire de Corfou (coll. Univ. Mayence) se poursuivent en lien avec le Master MoMarch.
Les publications de fouilles anciennes sont reprises : Marseille (place Jules-Verne et la Bourse) ; Aquilée (le port fluvial).

PROGRAMME 3 - Echanges maritimes

(coordonné par E. Botte, M.-B. Carre, F. Cibecchini)

Indissociables, plusieurs aspects de l’étude des amphores, témoins privilégiés du commerce maritime, sont abordés ici :
L’épigraphie, avec la reprise des travaux sur le Recueil de Timbres sur Amphores Romaines, avec refonte de la base de données en ligne, et création d’une base en ligne dédiée aux inscriptions amphorisques du CIL IV.
Le commerce maritime : amphores, cargaisons, épaves
• Commerce de redistribution et « grand commerce » à l’époque romaine à travers l’examen des nouveaux gisements à grande profondeur, en particulier en Corse.
• Amphores : les études en cours et à développer, bénéficiant de collaborations bien établies avec les institutions étrangères, couvrent un vaste horizon géographique et chronologique. Pour les productions de l’Italie romaine, on envisage la circulation des amphores tyrrhéniennes à la période tardo-républicaine en Méditerranée et en Europe occidentale, en Egypte et dans le Levant (projet IFAO/CRFJ) ; la question de la production d’amphores sur les côtes italienne et dalmate de la mer adriatique est reprise et leur diffusion réexaminée, notamment en mer Egée et en Narbonnaise (Fréjus). Les productions africaines présentent l’intérêt d’avoir été exportées de manière quasiment universelle du IIe au VIIe siècle de notre ère : leur diffusion est étudiée à Rome (Mercati Traianei), en Narbonnaise (golfe de Fos), en Europe occidentale (Vallée du Rhin supérieur, façade atlantique, en Suisse (coll. Université de Neuchâtel), en Albanie, en Syrie, en Egypte, etc.
• Les épaves, parfois anciennement fouillées, offrent des contextes clos qui sont réexaminés à la lumière des données récentes sur les origines et les contenus : amphores adriatiques en mer Egée, amphores africaines en France, Corse et en Croatie ; amphores levantines de l’épave Fos 1.
En parallèle, on reétudie la circulation des céramiques communes, notamment les communes italiques, mal connues et qui complètent le matériel mis au jour dans les épaves des côtes gauloises auxquelles on ajoute les découvertes sous-marines inédites le long de la péninsule d’Amalfi et Sorrente (épaves, ancres, amphores) pour une carte archéologique de la Campanie.

Axe D : arts et artisanats antiques. PROGRAMME 3 – La céramique

(Coordination L. Cavassa)

Céramiques de l’époque archaïque à l’Antiquité tardive
Les travaux portent sur la fabrication, la typologie et la diffusion des productions céramiques depuis la période archaïque jusqu’à l’Antiquité tardive en privilégiant les contextes de Méditerranée occidentale (Gaule, Italie, Péninsule ibérique).
Pour les périodes anciennes, seront concernés les sites de Mégara Hyblaea et plus largement de la Sicile orientale, ainsi que les fonds de la Grande Grèce (Paestum, Moio della Civitella). Dans le Midi de la Gaule, des travaux portent sur Béziers préromaine et son environnement ainsi que sur quelques sites provençaux (Marseille, Roque d’Odor, Saint-Blaise, Martigues…). Les céramiques à vernis noir italiques d’époque hellénistique continuent de faire l’objet d’un intérêt particulier, notamment du point de vue de leur diffusion en Méditerranée et en Mer Noire.
L’époque romaine impériale est abordée par l’étude des fonds issus des fouilles récentes de Pompéi et de Cumes. En Narbonnaise, ce sont les fonds, également issus de fouilles récentes, du Rhône à Arles, de Fréjus, de Marseille et de divers sites varois qui permettent de caractériser des faciès régionaux.
Les principaux fonds de l’Antiquité tardive concernent Arles, Riez et Can Blai (Formentera). Enfin, le fichier des marques sur DSP (Dérivées de sigillées paléochrétiennes) de notre collègue Yves Rigoir fera l’objet d’une mise en valeur numérique. En outre, des travaux seront prévus sur la production des tuiles en Narbonnaise.

Diffusion de la recherche et formation
L’encadrement et la diffusion des résultats des recherches engagées sur les céramiques sont des domaines majeurs de « l’École aixoise de céramologie » dont les lignes principales sont portées par
• Le Céramopôle
• Les Congrès internationaux de la Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule (SFECAG) avec la poursuite des congrès et de la publication annuelle des actes.

Liste des travaux

- F. Marty et Y. Zaaraoui, Contextes céramiques du Haut-Empire de la bonification de l’Estagnon, à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), SFECAG, Actes du congrès de Colmar, 2009, 397-426.
- F. Marty, Histoire de la recherche sur les céramiques non tournées de l’âge du Fer en Provence, Documents d’Archéologie Méridionale, 33, 2010, 229-242.
- F. Marty, Note sur les sigillées orientales tardives du port de Fos (Bouches-du-Rhône, France), dans M.-A. Cau, P. Reynolds et M. Bonifay (éd.), LRFW1. Late Roman Fine Wares. Solving problems of typology and chronology. A review of the evidence, debate and new contexts, (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery, 1), Archaeopress, 2011, 155-160.
- F. Marty, Vaisselle céramique cnidienne du port antique de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), SFECAG, Actes du congrès d’Arles, 2011, 637-641.
- F. Marty, F. Guibal et A. Hesnard, L’Estagnon : techniques de bonification d’une zone palustre au Ier s. ap. J.-C. à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), dans C. Sanchez et M.-P. Jézégou (textes réunis par), Les ports dans l’espace méditerranéen antique. Narbonne et les systèmes portuaires fluvio-lagunaires, Actes du colloque international de Montpellier (2014), (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 44), 2016, 263-278.
- F. Marty, L. Bouby, S. Ivorra et J.-F. Terral, Conserves d’olives hispaniques en amphores, au Ier s., sur le site de l’Estagnon (Fos-sur-Mer, Bouches-du-Rhône, Fr.), dans D. Djaoui (textes réunis par), Histoires matérielles : terre cuite, bois, métal et autres objets. Des pots et des potes : Mélanges offerts à Lucien Rivet, (Archéologie et Histoire Romaine, 33), 2016, 481-487.
- F. Marty, C. Courrier et Ph. Bromblet, Note complémentaire sur l’origine de la dédicace d’un nauclerus découverte à Fos-sur-Mer, Revue Archéologique de Narbonnaise, 49, 2016, 367-372.
- F. Marty et B. Chevaux (dir.), Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’étang de Berre : Le Castellan (Istres, Bouches-du-Rhône), (Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 23), Editions Errance, Arles, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, 2017, 299 p.
- F. Marty, L’installation littorale grecque de la Roque d’Odor à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Archaeonautica, 19, 2017, 89-121.
- F. Marty, Une cargaison secondaire d’amphores levantines sur l’épave Fos 1 (Fos-sur-Mer, Bouches-du-Rhône) au Ier s. av. J.-C. ?, SFECAG, Actes du congrès de Narbonne, 2017, 561-571.