CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Programmation scientifique 2012-2015 > A- Paysages, peuplement, villes et territoires > Villes et territoires du monde grec et contacts interethniques

Opération 6 : Chypre, Egypte et Levant

Coordination  : Antoine Hermary

Membres CCJ Iva Chirpanlieva, Anna Georgiadou, Anna Paule, Mikaël Pesenti, Federica Sacchetti, Jean-Christophe Sourisseau

Collaborateur associé : Sabine Fourrier

Cette opération dépasse désormais le cadre des recherches sur Chypre, grâce à l’orientation des travaux de plusieurs doctorants du laboratoire sur les relations entre Chypre et le Levant et en raison d’un nouveau projet sur un site du delta du Nil, qui permet de réenvisager la question des réseaux d’échange en Méditerranée sud-orientale à l’époque archaïque, en particulier avec Milet.

Chypre

À partir des recherches menées sur le site d’Amathonte par la mission de l’École française d’Athènes et du Ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE), dont A. Hermary est le directeur, l’accent est mis sur la topographie des villes chypriotes et sur les contacts entre Grecs et Phéniciens.

Le programme est mené en collaboration avec la mission française de Kition (MOM Lyon, dir. S. Fourrier), à laquelle participent J.-Ch. Sourisseau (étude du port phénicien) et I. Chirpanlieva (étude des céramiques attiques importées). Pour Amathonte, A. Hermary et B. Blandin (université de Lausanne) ont mis en place, en collaboration avec le Département des Antiquités de Chypre, une étude des nécropoles de la ville : la première phase a permis d’établir un plan topographique situant l’ensemble des tombes fouillées depuis la fin du XIXe siècle, en déterminant leur chronologie. Dans une deuxième phase (2013-2014) est prévue la publication par l’EfA de ces recherches sur la topographie et la chronologie des nécropoles, ainsi que celle d’un ensemble de tombes fouillées par le Département des Antiquités au cours des dix dernières années.

Les travaux d’A. Georgiadou et A. Paule permettent, d’autre part, de mieux comprendre les interactions entre Grecs et Phéniciens par l’étude des céramiques et de l’orfèvrerie.

Voir les fouilles conduites à Chypre

Égypte

Le second volet de cette opération concerne la présence grecque, chypriote et phénicienne dans le delta du Nil à l’époque saïte.

La thèse de M. Pesenti permet une reprise documentaire synthétique dans laquelle sont présentées les étapes successives de l’installation de communautés grecques en Egypte et, plus généralement, la mise en place des réseaux d’échanges dans la première moitié du Ier millénaire av. J.-C., avec un réexamen de la chronologie.

Le site de Buto-Tell el-Fara’in, à moins de 50 km de Naucratis au nord du delta occidental, est un témoin important de ces échanges commerciaux et culturels. Les opérations ponctuelles menées sur ce site (en partenariat avec le laboratoire Herma) permettront de mieux cerner, par des études céramiques quantitatives, l’interaction entre les populations grecques et égyptiennes.

A travers cette étude de cas c’est l’impact des produits grecs sur les modes de consommation locales qui sera examiné.

C’est principalement dans ce cadre égyptien, mais en gardant à l’esprit le rôle de relais constitué par Chypre, que l’on prendra en compte l’étude menée par F. Sacchetti sur les amphores produites à Milet (fouilles du DAI de Berlin et de l’université de Bochum), site majeur de la colonisation grecque archaïque, dont le rôle reste important aux Ve et IVe s., en particulier pour la diffusion des amphores du type Solokha I.
_