Partenaires

CNRS Université de Provence
Ministère de la Culture, DRAC PACA Institut national d recherches préventives



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Sur le terrain > Chantiers de fouilles > CROATIE, Projet "Caska" * > Campagne 2010

Campagne 2010

Publié le 25 juin 2010

Lire en croate/Hrvatski pročitati

La baie de Caska, île de Pag, Croatie/Uvala Caska, otok Pag, Hrvatska (© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2009)

La baie de Caska, île de Pag, Croatie/Uvala Caska, otok Pag, Hrvatska (© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2009)


Au sommaire :

- L’équipe de fouille/Ostali članovi ekipe
- Les partenaires/Partnerske institucije
- Pour en savoir plus/Ako želite znati više
- Voir les autres opérations d’archéologie maritime et navale

La fouille programmée du site immergé et de l’épave de Caska s’est déroulée du 10 au 30 mai 2010, sur l’île de Pag en Croatie. Cette île, longue de 60 km, appartient à l’archipel des îles de Dalmatie septentrionale et s’étend, entre les villes de Rijeka et Zadar, le long de la côte qui forme le canal du Velebit.

Carte de localisation de l'île de Pag (Croatie)

Découverte par 3 m de fond en 2007, l’épave a fait l’objet, en mai 2009, d’une expertise approfondie dirigée par Irena Radić Rossi et Zdenko Brusić (Université de Zadar). Le Centre Camille Jullian a participé à cette première opération afin de cerner les potentialités du site et élaborer un programme commun franco-croate en continuité avec une collaboration déjà établie qui avait portée sur l’étude de l’épave de l’Antiquité tardive de Pakoštane (2007 et 2008).

Caska. Vue de l'épave entièrement dégagéePogled na potpuno otkriveni brodolom (© CCJ – CNRS/Université De Provence, L. Damelet 2010)

Caska. Vue de l’épave entièrement dégagée/Pogled na potpuno otkriveni brodolom
(© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2010)


L’épave de Caska, orientée selon un axe nord-sud, perpendiculairement à la côte, fait partie d’un aménagement littoral utilisant des blocs de calcaire, des matériaux de construction de réemplois et un grand nombre de pieux en bois. À ce jour, les limites de cet aménagement ainsi que son articulation avec les structures côtières demeurent mal définies. ll semblerait que le bateau ait été coulé intentionnellement pour aménager un appontement qui est daté, provisoirement, entre le Ier et le IIe siècle de notre ère.

Caska. Vue de la coque/Pogled na trup broda (© CCJ – CNRS/Université De Provence, L. Damelet 2009)





















Caska. Vue la coque/Pogled na trup broda
(© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2009)


Les premières observations réalisées sur les structures de l’épave nous ont permis de mettre en évidence une caractéristique remarquable de son architecture. Les bordages de l’embarcation sont assemblés par des ligatures végétales selon une technique utilisée, bien avant la domination romaine, par les populations qui habitaient le long des côtes de l’Adriatique orientale. Selon Verrius Flacus (dans Festus, De Verborum significatu, 508, 33), le terme serilia désignait les embarcations cousues des Istriens et des Liburniens.

Caska. Le système d'assemblage du bordé/Sistem spajanja oplate uz pomoć konopa (© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2009)






















Caska. Le système d’assemblage par ligatures du bordé/Sistem spajanja oplate uz pomoć konopa
(© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2009)


La découverte d’épaves de bateaux cousus pour la navigation maritime à Zaton, le port d’Aenona (aujourd’hui Nin) situé 17 km au NO de Zadar, ainsi que pour la navigation intérieure à Ljubljana (Slovénie) a confirmé la vitalité de la tradition d’assemblage par ligatures. Cette tradition de construction navale perdurera, dans la région Adriatique, tout le long de l’époque romaine tandis que, dans le reste du bassin méditerranéen, c’est l’assemblage par tenons et mortaises qui domine à partir de la fin du IVe s. av. J.-C.

Photogrammétrie numérique/Fotogrametrija (© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2010)



















Photogrammétrie numérique/Fotogrametrija
(© CCJ – CNRS/Université de Provence, L. Damelet 2010)


Le projet de recherche quadriennale « Caska » s’est posé quatre objectifs principaux :

- Réaliser une étude systématique et complète de l’épave de Caska et de son système d’assemblage ;
- Aborder la question du contexte portuaire (structures en bois) en relation avec la topographie littorale et les aménagements côtiers proches (alignements de murs) ;
- Réaliser une étude xylologique et dendrochronologique des structures de l’épave et des pieux afin de restituer le paléoenvironnement. Cette étude sera couplée avec l’analyse des pollens piégés dans la résine utilisée pour protéger la coque du bateau ;
- Contribuer à la formation, dans les domaines de l’archéologie maritime et navale, des étudiants et des jeunes chercheurs de l’Université de Zadar et d’autres universités de Slovénie, Macédoine, Italie et Grèce.


Arheološko istraživanje podvodnog nalazišta i ostataka brodske konstrukcije u Caski odvijalo se od 10. do 30. svibnja na otoku Pagu u Hrvatskoj. Taj otok, dug 60 km, pripada arhipelagu sjevernih dalmatinskih otoka i pruža se između gradova Rijeke i Zadra, duž obale s kojom tvori Velebitski kanal.

Brodolom je otkriven 2007. na dubini od 3 m, a u svibnju 2009. bio je predmetom stručne obrade pod vodstvom Irene Radić Rossi i Zdenka Brusića (Sveučilište u Zadru). Centre Camille Jullian sudjelovao je u prvoj istraživačkoj akciji kako bi dobio uvid u znanstvene potencijale nalazišta i izradio zajednički francusko-hrvatski program kao nastavak već uspostavljene suradnje prilikom istraživanja kasnoantičkog brodoloma u Pakoštanima (2007. i 2008.).

Brodska konstrukcija u Caski leži u pravcu sjever-jug gotovo okomito na obalu i čini dio obalna konstrukcije izrađene od lomljenog vapnenca, sekundarno upotrijebljenog građevnog materijala i većeg broja drvenih kolaca. Do današnjeg dana granice spomenute konstrukcije i njen odnos prema postojećim strukturama na obali nisu još dovoljno jasno definirani. Čini se kako je brod namjerno potopljen i iskorišten za izradu obalne konstrukcije u 1. ili 2. st. po Kr.

Prva promatranja brodske konstrukcije omogućila su nam utvrditi jednu značajnu karakteristiku njene gradnje. Dijelovi oplate broda povezani su međusobno uz pomoć konopa izrađenih od biljnih vlakana. Riječ je o tehnici koju su mnogo prije rimske dominacije koristili narodi koji su nastavali istočnu jadransku obalu. Prema antičkom autoru Veriju Flaku (u Festus, De Verborum significatu, 508, 33) pojam serilia označavao je šivane brodove Histra i Liburna.

Otkrića ostataka šivanih brodova korištenih za pomorsku plovidbu, pronađenih u Zatonu 17 km SZ od Zadra gdje se nalazila luka antičke Enone (današnji Nin), kao i otkriće broda za plovidbu unutrašnjim vodama u Ljubljani (Slovenija) potvrdili su prežitak tehnike šivanja. Ta je brodograđevna tradicija potrajala u jadranskoj regiji tijekom čitavog rimskog doba, dok je na ostalom mediteranskom prostoru od kraja 4. st. pr. Kr. prevladala tehnika spajanja platica brodskog trupa sistemom utora i jezičaca.

Četverogodišnjim projektom "Caska" postavljena su četiri glavna cilja :
- Sustavno i potpuno proučavanje brodske konstrukcije u Caski i tehnike njene konstrukcije ;
- Proučavanje lučkog konteksta (drvene strukture), njegovog odnosa prema morfologiji obale i očuvanim arheološkim strukturama na kopnu ;
- Dendrološka i dendrokronološka studija elemenata brodske konstrukcije i kolaca radi rekonstrukcije paleokrajolika ; studija će se dopuniti analizom polena očuvanog u smoli korištenoj za zaštitu brodskog trupa ;
- Edukacija studenata i mladih istraživača Sveučilišta u Zadru i ostalih sveučilišta iz Slovenije, Makedonije, Italije i Grčke u području arheologije pomorstva.


Direction/Voditelji : Giulia Boetto (CNRS, CCJ), Irena Radić Rossi (Université de Zadar/Sveučilište u Zadru)

COH/Voditelj ronjenja : Vedran Dorušić (Foka Diving d.o.o.)

Dessin et relevé/Nacrtna dokumentacija : Michel Rival (CNRS, CCJ), Neven Lete (Geoarheo d.o.o.), Pierre Poveda (Université de Provence, CCJ)

Photogrammétrie numérique et topographie/Fotogrametrija i topografija : Vincent Dumas (CNRS, CCJ)

Photographie/Foto dokumentacija : Ranko Frka, Vedran Frka, Loïc Damelet (CNRS, CCJ)

Video : Marino Brzac

Responsables de l’inventaire/Inventar : Lucile Delavault (Université de Provence, CCJ), Dino Taras (Université de Zadar/Sveučilište u Zadru, apsolvent)

Logistique plongée/Ronilačka logistika : Vedran Dorušić et Slobodan Vranješ (Foka Diving d.o.o.)

Intendance/Logistika smještaja i prehrane : Jasna Lete

Archéozoologie/Arheolzoologija : Audrey Renaud (UMR5140-Lattes, Université Paul Valery, Montpellier)

Dendrochronologie et xylologie/Dendrologija i dendrokronologija : Frédéric Guibal (IMEP)

Palynologie/Polenove analize : Valérie Andrieu-Ponel (IMEP)

L’équipe de fouille/Ostali članovi ekipe :
Mario Radaljac (Université de Zadar/Sveučilište u Zadru)
Slobodan Bonkovic, Matko Čvrljak, Tena Festini et Mario Sajatovski (étudiants de l’Université de Zadar/studenti Sveučilišta u Zadru)
Kalliopi Baika (Université de Patras, Grèce)
Maurizio di Bartolo (Université du Salento, Italie)
Suzana Čule (Collaboratrice de l’Institut d’archéologie de Zagreb/Institut za arheologiju, Zagreb, vanjski suradnik)
Daša Pavlovic (Université de Primorska, Koper, Slovénie/Univerza na Primorskem, Koper, Slovenija)
Valentina Todoroska (Faculté de lettre et philosophie, Skopje, Macédoine/Filozofski fakultet Sv. Kiril i Metodij, Skopje, Makedonija)


Les partenaires/Partnerske institucije
Ministère de la Culture de la République de Croatie/Ministarstvo kulture Republike Hrvatske
MAEE (Ministère des Affaires Étrangères et Européennes/Ministarstvo vanjskih poslova Republike Francuske)
CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique/Nacionalni centar za znanstvena istraživanja, Francuska) - PE/PS 2010 INSHS P10/014
UNIZD (Université de Zadar/Sveučilište u Zadru)
CCJ (Centre Camille Jullian, UMR 6573 CNRS - Université de Provence)
IMEP (Institut Méditerranéen d’Ecologie et de Paléoécologie/Mediteranski institut za ekologiju i paleoekologiju, UMR 6116 CNRS - Université Paul Cézanne)
Ville de Novalja/Grad Novalja->http://www.novalja.hr/]
Association Arkaeos/Udruga Arkaeos (Marseille)
DRASSM (Ministère de la Culture et de la Communication/Odjel za podvodna i podmorska arheološka istraživanja Ministarstva kulture i komunikacije Republike Francuske)


Pour en savoir plus/Ako želite znati više :
Caska-Novalja
S. Čače, Broj liburnskih općina i vjerodostojnost Plinja (Nat. Hist. 3, 130 ; 139-141), Radovi Filozofskog fakulteta u Zadru (Razdio povjesnih znanosti), 32 (19), 1992-1993, p. 18-19.
M. Čelhar, The underwater interdisciplinary project in Caska bay, Pag island. In : I. Radić Rossi, A. Gaspari, A. Pydyn (eds), Proceedings of the 13th Annual Meeting of the European Association of Archaeologists, Session : Underwater Archaeology (Zadar 2007), Zagreb, 2008, p. 176-186.
A. Kurilić, Epigrafski spomenici na pastoru Novalje (drugo dopunjeno izdanje), Novalja-Zadar, 2004, p. 7-9.
I. Radić Rossi (ed.), Skriveno blago Novalje, Zagreb, 2004.

Bateaux cousus et survivance de la technique d’assemblage par ligatures en Adriatique
P. Pomey, L’épave de Bon-Porté et les bateaux cousus de Méditerranée, MM, 67, 3, 1981, p. 237-238.
S. Marlier, La question de la survivance des bateaux cousus de l’Adriatique. In : L. Rivet et M. Sciallano (eds), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à B. Liou, Montagnac, 2002, p. 21-32.
S. Marlier, Les systèmes et les techniques d’assemblage par ligatures dans la construction navale antique méditerranéenne, Thèse de doctorat sous la dir. de P. Pomey, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2005 (non publiée).

Épaves de Nin-Zaton (Ier s. ap. J.-C.)
Z. Brusić, Istraživanje antičke luke kod Nina, Diadora, 4, 1968, p. 203-10.
Z. Brusić, M. Domjan, Liburnian boats - Their construction and form. In : S. McGrail, F. Kentley (eds), Sewn Plank Boats (BAR IS 276), Oxford, 1985, p. 67-85.
S. Gluščević, Hydroarchaeological excavation and the discovery of the third « sewn » Liburnian ship -seriliae- in the roman port of Zaton near Zadar, Archaeologia Maritima Mediterranea, 1, 2004, p. 41-52.

Épave de Ljubljana (première moitié du Ie s. av. J.-C.)
A. Gaspari, "Pontonium" iz Lip na Ljubljansken barju, Arheološki vestnik, 49, 1998, p. 187-224.

Mots-clés

antiquité romaine, construction navale, épave, Croatie