CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Annuaire > Archive de l’Annuaire

MARTIN-KOBIERZYKI Elodie (Doctorante)

Doctorante de l’Université de Provence
Sous la direction de Henri TREZINY
Contact : elodie_mk@yahoo.fr ; martin-kobierzyki@mmsh.univ-aix.fr

Directrice scientifique de la fouille "Le Castelet de Fontvieille"

Titre de la thèse :

Trafics commerciaux et dynamiques culturelles en Provence occidentale à la Protohistoire

Directeur (Nom, Prénom) : SOURISSEAU Jean-Christophe, TREZINY Henri

Unité de recherche (JE, EA ou UMR) : UMR 6573

Présentation de la thèse

Dans le cadre d’une thèse en archéologie protohistorique méditerranéenne, j’ai entrepris de travailler et de réfléchir sur la définition et la hiérarchisation des critères permettant de mettre en évidence la nature et l’intensité des interactions culturelles au premier Age du fer en Provence occidentale entre communautés indigènes et interlocuteurs méditerranéens. Au cœur de l’espace envisagé, l’établissement de Saint-Blaise constitue un site d’étude privilégié. Hormis les collections anciennes connues partiellement, j’ai pris en main l’étude du sondage MN11, ouvert sous la responsabilité de Charlette Arcelin-Pradelle et fermé en 1983 dans des conditions tragiques.
En l’état de nos connaissances, un peu plus de la moitié du matériel étudié renvoie à des productions indigènes. Parmi elles se trouvent les céramiques à pâte claire dites massaliètes : ces céramiques, comme les grises monochromes, semblent être d’excellents marqueurs des phénomènes « d’acculturation » en Provence, phénomènes que nous cherchons ici à mettre en évidence. Parallèlement, la grande majorité du mobilier importé est d’origine étrusque, qu’il s’agisse de céramiques fines, de céramiques communes ou d’amphores, et pour une moindre part de productions grecques orientales ou supposées telles. D’après nos identifications et l’analyse des pâtes, il semble que la majeure partie du mobilier amphorique provienne de la région de Caere-Pyrgi.
Cette étude du mobilier céramique de Saint-Blaise permettra de procéder à des comparaisons avec d’autres sites en France méridionale comme sur le pourtour méditerranéen. Ainsi, les données issues de sites italiens ou ibériques touchés par les commerces étrusques, grecs ou phéniciens seront prises en compte. Une confrontation détaillée sera réalisée avec les observations effectuées lors des fouilles de Marseille, et nous nous pencherons également sur un échantillon de sites du Languedoc-Roussillon et de la Provence occidentale, afin d’obtenir une vue plus globale des trafics commerciaux et des dynamiques culturelles qui ont pris place dans ce territoire.