CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > À la une

Jacques Gascou, épigraphiste et historien de l’Antiquité (1938 - 2020)

Nous apprenons avec une très grande tristesse le décès, ce mercredi 22 janvier 2020 à Aix-en-Provence, de Jacques Gascou, ancien élève de l’École normale supérieure, ancien membre de l’École française de Rome, Directeur de recherche au CNRS.

Dès son arrivée à Aix-en-Provence, il avait été nommé directeur-adjoint du Centre Camille Jullian lors de sa création en 1978 et jusqu’en 1981, et l’avait été à nouveau de 1985 à 1993.

Épigraphiste et « Africaniste », son mémoire de l’École française La création de communes romaines en Afrique proconsulaire, de 78 Trajan à Septime Sévère est publié en 1972 sous le titre La politique municipale de l’empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime-Sévère dans la Collection de l’École française (CEFR, 8), et reprise dans l’important article paru dans Aufstieg un Niedergang der römischen Welt (Mélanges Vogt) en 1982.

Également historien de l’Antiquité, paraissait en 1984 dans la Bibliothèque de l’École française de Rome son Suétone, historien, sa thèse d’État (BEFAR, 255)

Il avait aussi créé avec Michel Janon, puis dirigé le programme de recherche et la collection « Inscriptions latines de Narbonnaise » (4e supplément à Gallia) dont il avait assuré, seul ou en collaboration, l’édition de trois volumes : ILN, I, Fréjus (1985) ; III, Aix-en-Provence (1995) ; IV, Apt (1997).
De 1995 à 2000, il avait assuré la direction des publications Antiquités africaines et de la collection Études d’Antiquités africaines, dont il était resté, jusqu’à ce jour, le directeur-adjoint. En 1987, il avait été l’auteur du volume Inscriptions antiques du Maroc, II, réunissant les inscriptions latines, recueillies et préparées par Maurice Euzennat et Jean Marion.

C’est dire, même s’il avait pris sa retraite en 2003, toute la place qu’il a occupée au sein du Centre Camille Jullian qui a toujours été son laboratoire de rattachement au CNRS.

Nos pensées vont à sa famille et notamment à sa fille Anne.


L’inventaire épigraphique qu’il avait réalisé pour les volumes des « Inscriptions latines de Narbonnaise » sont accessibles dans la bibliothèque numérique CoReA, Fonds Gascou - Inscriptions Latines de Narbonnaise

Sa bibliographie est consultable ici