CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Actualités du laboratoire > Soutenances

Soutenance de thèse de Alexia LATTARD

Ecole doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés »
École doctorale 251 « Sciences de l’Environnement »
Spécialité : Archéologie

Laboratoires d’accueil
Centre Camille Jullian - UMR 7299
Anthropologie Droit Ethique et Santé - UMR 7268

Sous la direction de :
Aurore SCHMITT - Chargée de recherche CNRS, ADES, Marseille. Directrice
Jean-Christophe SOURISSEAU - Professeur, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence. Directeur

Défunts, pratiques et espaces funéraires au sein de la civitas de Forum Iulii au cours du Haut-Empire

Mercredi 12 décembre 2018, MMSH, 14 h, Salle G. Duby

Jury :

  • Valérie BEL - Ingénieur de recherche, INRAP, Nîmes. Examinatrice
  • Jean-Pierre BRUN - Professeur, Collège de France, Paris. Examinateur
  • Dominique CASTEX - Directrice de recherche CNRS, PACEA, Bordeaux. Rapporteur.
  • Aurore SCHMITT - Chargée de recherche CNRS, ADES, Marseille. Directrice
  • Jean-Christophe SOURISSEAU - Professeur, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence. Directeur.
  • William VAN ANDRINGA - Directeur d’Etudes, EPHE, Paris. Rapporteur.

Résumé

Cette thèse étudie, dans toute leur complexité et leur variabilité, les pratiques funéraires au sein du territoire de Forum Iulii (commune actuelle de Fréjus), l’une des civitas de la Province de Narbonnaise définie par Auguste à la fin du Ier siècle av. n. è. Elle s’inscrit sur une période chronologique longue riche en bouleversements socio-culturels (Ier s.- IVe s. de n.è.), propre à révéler l’évolution de ces pratiques et ainsi d’appréhender la relation qu’entretiennent les individus et/ou les groupes sociaux avec leurs traditions funéraires. Ce cadre spatio-temporel est également choisi pour sa cohérence et sa richesse documentaire. L’étude est basée sur une approche interdisciplinaire, entre archéologie et anthropologie biologique. Les paramètres étudiés, envisagés dans cette double perspective, participent conjointement à une lecture individuelle puis globale des sépultures et des ensembles funéraires afin de restituer les pratiques, les rites funéraires, mais aussi l’influence des facteurs socio-culturels sur le traitement des morts. Le recours à ces deux disciplines garantit une compréhension optimale des systèmes de représentations sociales propres à une communauté face au décès de l’un de ses membres. L’analyse des restes osseux humains (âge au décès, sexe, état sanitaire), mais également celle des restes matériels (ensemble de dépôts associés, architecture de la sépulture, mode d’implantation traitement du corps, etc.) constituent les outils incontournables de l’archéologie de la mort qui vise alors à contribuer à une meilleure connaissance des populations antiques grâce à une approche bioculturelle.
La réalisation de ce projet s’est inscrit dans deux laboratoires (UMR 7299-Centre Camille Jullian et UMR 7268-Anthropologie bioculturelle Droit Éthique et Santé) en collaboration avec le Service Régional de l’Archéologie de PACA (SRA-PACA), le Service Patrimoine et Archéologie de la Ville de Fréjus (SPAVF), le Service départemental d’Archéologie du Var (SDA83) et le Centre Archéologique du VAR (CAV).

Summary

This study aims to understand, in all their complexity and variability, the funerary practices of the territory of Forum Iulii (Fréjus), one of the civitas of the Gallia Narbonnensis, defined by Auguste at the end of the 1st century. BC. It is part of a long chronological period rich in socio-cultural upheavals (1st-4th century AD), wich reveals the evolution of these practices, and thus allow us to apprehend the relationship between individuals and / or social groups with their funerary traditions. This spatio-temporal framework is also chosen for its coherence and documentary richness. The study is based on an archaeothanatology approach, between archeology and biological anthropology. The studied parameters, considered in the both perspective, participate together in an individual, and then global reading of burials and funerary spaces in order to return practices, funerary rites, but also the influence of socio-cultural factors on the treatment of the dead corpses. The use of these two disciplines insures an optimal understanding of the social systems and religious representations specific to acommunity confronted with the death of one of its members. The human bones analysis (age and sex determination, health status), but also the study of the material (set of deposits, burial architecture, implantation of the tomb, body’s treatment, etc.) are the essential tools for the archeology of death, which aims to contribute to a better knowledge of ancient populations through a biocultural approach.
The realization of this project is registered in two laboratories (UMR 7299-Center Camille Jullian and UMR 7268- Anthropologie, Droit, Ethique et Santé) in collaboration with the Regional Service of Archeology of PACA (SRA-PACA), the archaeological department of the Conseil Général du Var (SDA83), the archaeological Service of the city of Fréjus (SPAVF) and the Centre Archéologique du Var (CAV).

Agenda

Ajouter un événement iCal