CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Actualités du laboratoire > Soutenances

Soutenance de thèse de Jonathan DEVOGELAERE

ED 355 : ESPACES, CULTURES, SOCIETES - Aix-Marseille
Spécialité : archéologie
Sous la direction de Philippe JOCKEY, Professeur à l’Université Paris Nanterre

Les couleurs du mobilier d’apparat en bronze dans le monde gréco-romain, du IIe siècle av. n. è. au IIe siècle de n. è. : de la caractérisation technique aux valeurs symboliques

Samedi 8 décembre 2018, 13h30, MMSH, salle G. Duby, Aix-en-Provence

Jury :

Jury :

  • Monsieur Philippe JOCKEY, Professeur des Universités – Aix-Marseille Université, UMR7299 CCJ Centre Camille Jullian /Université Paris Nanterre, UMR7041 ArScAn Archéologie et Sciences de l’Antiquité, France
  • Madame Anne-Marie GUIMIER-SORBETS, Professeur émérite - Université Paris Nanterre, UMR7041 ArScAn Archéologie et Sciences de l’Antiquité, France
  • Monsieur Stéphane VERGER, Directeur d’études - École Pratique des Hautes Études, UMR8546 AOrOc Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident , France
  • Monsieur François QUANTIN, Professeur des Universités - Aix-Marseille Université, UMR 3155 IRAA Institut de Recherche sur l’Architecture Antique, France
  • Madame Hélène AURIGNY, Maître de conférences - Aix-Marseille Université, UMR7299 CCJ Centre Camille Jullian, France
  • Madame Sophie DESCAMPS-LEQUIME, Conservateur général du Patrimoine - Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, France

Résumé

Les couleurs du mobilier d’apparat en bronze dans le monde gréco-romain, du IIe siècle av. n. è. au IIe siècle de n. è. : de la caractérisation technique aux valeurs symboliques

Ma thèse a pour objet l’étude des couleurs du mobilier d’apparat en bronze dans le monde gréco-romain, produit entre le IIe siècle avant notre ère et le IIe siècle de notre ère en Méditerranée. Elle place au cœur de sa démarche historique la caractérisation des couleurs, leur analyse technique et l’étude de leurs valeurs symboliques, associées à des contextes de production et de réception précis.
Redonner en effet aux couleurs toute leur place dans l’ameublement de luxe en bronze, en conduire l’étude typologique, iconographique et technique, les replacer dans leur contexte de réception permet de comprendre non seulement l’impact visuel recherché par le maître de maison, mais aussi et surtout leurs valeurs spécifiques dans l’élaboration du discours de l’élite gréco-romaine à destination de ses semblables et des autres classes de la société.
Pour identifier et comprendre ces grammaires décoratives polychromes, mon étude repose sur la mise en place d’une démarche interdisciplinaire combinant des méthodologies archéologiques, archéométriques et sociologiques. Cela implique l’examen optique, photographique et microscopique du mobilier, mais aussi l’exploitation de données archéométriques, la mise en œuvre d’expérimentations archéologiques, la consultation des sources littéraires et épigraphiques antiques grecques et latines et l’emploi de concepts liés au social.
Cinq cent trente-huit pièces de mobilier en bronze à décors polychromes sont ainsi recensées et réparties dans diverses catégories : lit de table, marchepied, table, trépied à couronnement amovible, coffre, armoire, candélabre, porte-lampe, lampe et encensoir. Ces multiples données sont par ailleurs réunies et mises en relation grâce à la création et l’utilisation d’une base de données relationnelle nommée « Iris ».
La convergence de ces méthodes et de ces angles d’attaque du matériel étudié vise à un seul but : apprécier la valeur des couleurs et des autres traitements de surface de ces objets de luxe d’inspiration grecque dans le processus général d’acculturation des populations et provinces romaines au modèle gréco-romain, un modèle défini par Paul Veyne comme propre à un Empire où « la culture y était hellénique et le pouvoir était romain » (Paul Veyne, L’Empire gréco-romain, Seuil, Paris, 2005, p. 11).

Summary

The colours of bronze ceremonial furniture in the Greco-Roman world, between the 2nd century BCE and the 2nd century CE : from technical characterization to symbolic values
My thesis aims to study the colours of bronze ceremonial furniture produced by the Greco-Roman world between the 2nd century BCE and the 2nd century CE in the Mediterranean. The main objective is to characterize of colours, their technical properties, and symbolic values associated with specific production and reception contexts.
Consequently, the objective of this research is to characterize the specificity and originality of the use and visual impact of bronze in the elaboration of the discourse of the Greco-Roman elite, owner of this ostentatious furniture ; this discourse is also aimed at this elite as other classes of Roman society.
My thesis explores as much the history of techniques as that of arts and mentalities. It combines archaeological, archaeometric, and sociological methodologies for an interdisciplinary approach. By using archaeological contexts, techno-typological and iconographic studies, optical, photographic, microscopic and physicochemical analyses, experimental archaeology, ancient Greek and Latin literary and epigraphic sources, and sociological concepts, the colours thus regain their role in the debate regarding luxury bronze furnishings.
Five hundred and thirty-eight pieces of bronze furniture with polychrome decorations are identified and divided into different categories : dining couch, footstool, table, tripod, chest, cupboard, candelabrum, lamp, and censer. Furthermore, these multiple data are also collected and linked through the creation and use of a relational database named “Iris”.
The convergence of these methods has a single purpose : to appreciate the significance of colours and to investigate other surface treatments on Greek inspired luxury furnishings. The gradual acculturation of “the Greek world” as a result of Roman expansion is evident in a study of this furniture, its colours, and other treatments using the same historical perspective as defined by Paul Veyne as : an Empire where “la culture y était hellénique et le pouvoir était romain” (Paul Veyne, L’Empire gréco-romain, Seuil, Paris, 2005, p. 11).

Agenda

Ajouter un événement iCal