CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Programme scientifique 2018-2022

Axe transversal 1 - Histoire et archéologie du Maghreb antique

Consacré à l’histoire et l’archéologie du Maghreb antique, cet axe rassemble un nombre important de chercheurs, enseignants-chercheurs et ITA du CCJ ainsi qu’un nombre encore plus important de collaborateurs associés. Il a pour objectif de rendre plus visibles les études africaines qui manquaient de lisibilité, alors que nos partenaires maghrébins n’ont jamais été aussi nombreux à solliciter notre collaboration.

Cet axe puise largement ses programmes et thématiques d’études dans les quatre premiers axes proposés. Les opérations sont de quatre ordres :
- des publications de fouilles anciennes (2008 et antérieures), à réviser ou à rédiger, sans retour au terrain (Carthage-Byrsa, Nabeul, Pupput vol. 2, Rougga) ;
- des études post-fouille réalisées sans infrastructure lourde et en zone sécurisée (mobiliers de fouille à déplacer à Carthage) ;
- des travaux en cours portant sur les sources écrites, textuelles et épigraphiques ;
- des projets neufs définis ci-dessous.
L’ensemble s’adosse à un important volet formation destiné aux étudiants maghrébins et français car il importe de pérenniser notre communauté d’africanistes.

PROGRAMME 1 - Approches du Maghreb antique : histoire et archéologie
(Coordination M. Griesheimer)

L’objectif principal du CCJ pour 2018-2022 est de renouer avec une présence sur le terrain par l’ouverture d’une nouvelle mission et/ou la participation à des missions coordonnées par d’autres institutions. Cet objectif n’est pas exclusif d’autres approches (historique et études post-fouille).

- Sources écrites et archives de fouilles
La constitution d’une banque de données sur l’épigraphie de Cherchell a été initiée, avec le traitement des archives du CCJ sur l’Afrique du Nord dans le cadre de la poursuite du partenariat avec le consortium MASA, Mémoires des Archéologues et des Sites Archéologiques.

- Archéologie de terrain
Etudes post-fouille :

  • Carthage, Secteur B de Byrsa : exploitation des données de la fouille 1983-2007 (terrain, anthropologie, mobilier)
  • Pupput, nécropole romaine : exploitation des données de la fouille 1999-2008 (terrain, anthropologie, mobilier)
  • Hergla, entrepôts : exploitation des données de la fouille 2010-2016

Missions de terrain en Tunisie :

  • Alger, place des martyrs : participation du CCJ au chantier d’archéologie préventive dirigé par le CNRA d’Alger et l’INRAP
  • Lambèse, Maison de la Tigresse : participation du CCJ à la mission algéro-française dirigée par A. Malek (AOROC) et Y. Aibeche (Université de Sétif 2)
  • Carthage : projet de participation du CCJ aux fouilles du cirque romain, dirigée par le DAI
  • Techniques de la gestion de l’eau : catalogue sur les infrastructures hydrauliques préromaines à Utique, Carthage et Kerkouane

PROGRAMME 2 - Paléoécologie du Maghreb antique : climat, ressources, économie

La paléoécologie n’est pas un domaine vierge au Maghreb, tant du point de vue des sciences environnementales (cf. les travaux de V. Andrieu-Ponel) que du point de vue de l’histoire et de l’archéologie (plusieurs articles de Ph. Leveau en 2009, 2012, 2013 ; travaux de M. Sternberg sur les ressources aquatiques). Ces recherches s’orientent dans deux directions : a) l’histoire du climat et son influence sur le développement économique du Maghreb antique et ses grands équipements (aqueducs, ouvrages d’irrigation) ; b) la reconstitution du couvert végétal et de la faune (notamment marine) et ce qu’elle nous apprend sur l’économie de l’Antiquité (production de céréales, d’huile, de vin, de salaisons de poissons).

- Paysages agraires du Maghreb antique
Dans la perspective d’un projet commun de recherche mené en collaboration avec V. Andrieu-Ponel (Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie), deux problématiques sont retenues :

  • les paysages agraires du Maghreb à l’époque de la fondation de Carthage et à l’époque punique ;
  • existe-t-il une spécialisation agricole (production des olives ?) dans certaines régions de l’Afrique romaine ?

Du point de vue des méthodes, il est désormais nécessaire de s’éloigner de l’approche séquentielle initialement utilisée dans les études paléoenvironnementales et de se diriger vers des études ciblées sur des questionnements précis, et d’y répondre à l’aide d’outils et de concepts propres aux sciences humaines et aux sciences de l’environnement (biologie, chimie, géologie, etc.). Cette approche multi-, intra- et transdisciplinaire implique d’étudier des prélèvements provenant de sites archéologiques, mais aussi d’exploiter en haute définition temporelle des séries sédimentaires naturelles (sebkhas, lacs à présent comblés) qui seraient prélevées à proximité des sites archéologiques. La mise en oeuvre d’un tel projet se nourrit de l’exploitation des échantillons disponibles (Carthage, Pupput, Nabeul) ou à prélever sur des chantiers en cours (Alger, Lambèse). Elle rend également nécessaires des approches environnementales dans des milieux naturels favorables (ex. : Sebkhra El-Ariana à Carthage). Ce thème de recherche comprend un volet formation (Universités de Sfax et de Tunis).

- Les ressources aquatiques dans l’économie du littoral de l’Afrique antique, en collaboration avec l’Institut Agronomique de Tunis

  • Inventaires des données archéozoologiques disponibles (publiées et enquêtes auprès des responsables d’opération) et création d’une base de données ;
  • Analyses biochimiques ;
  • Enquêtes sur les techniques de pêche traditionnelle en Tunisie.
    Cette approche paléoenvironnementale pourrait être étendue, dans le cadre d’une collaboration avec le CEREGE, à des questionnements concernant les phytolithes (dosages des isotopes de l’oxygène), le plomb (origine géographique de celui-ci par sa caractérisation moléculaire), la susceptibilité magnétique pour la cartographie des sites archéologiques et l’identification des flux détritiques à mettre en relation avec l’occupation du territoire par l’Homme (défrichements liées à l’agriculture) ou les changements climatiques (augmentation des précipitations), les méthodes
    de datation (accélérateur Aster).

PROGRAMME 3 - Céramique du Maghreb antique
(Coordiantion M. Bonifay et T. Mukai)

La céramique du Maghreb antique est, au plan international, l’un des points forts du CCJ. L’activité dans ce domaine se développe dans quatre directions :

- Céramique du Maghreb préromain : du point de vue des productions de l’espace punique (Maghreb, Sicile, Sardaigne, Ibiza) mais également de celui des importations en provenance du monde grec (amphores).

- Création d’un « Pôle de documentation sur la céramique romaine d’Afrique » :

  • Mise à jour collective, sous forme de site web, de l’ouvrage de M. Bonifay Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique (2004) ;
  • Classement des microéchantillons (binoculaire) de céramiques africaines conservés au Centre Camille Jullian et des lames minces conservées au laboratoire DISTAV de l’Université de Gênes, en liaison avec un fichier typologique informatisé à constituer sur le modèle du Projet d’Encyclopédie en Ligne (PECL) du Céramopôle ;
  • Études de matériels de fouilles au Maghreb : Alger, Hergla ;
  • Prospections sur le terrain en vue de la caractérisation typologique et archéométrique des ateliers.

- Études de collections de musées
L’étude de la collection Aubert-Buès au musée de Gap nous a convaincu de l’intérêt de poursuivre le recensement et la publication des collections de céramiques africaines conservées dans les musées ou centres de recherche français et européens (musée de Nice, musée du Louvre, universités de Durham, Leicester, Southampton, etc.). Ces opérations, susceptibles de pallier les difficultés actuelles d’accès au terrain, sont menées, comme ce fut le cas à Gap, en collaboration avec les archéologues maghrébins spécialistes des régions d’où sont originaires lesdites collections.

- La céramique de l’Afrique romaine et les échanges
Sur le modèle du programme La céramique africaine dans la Sicile romaine, récemment publié, nous étendons le recensement des indices de diffusion de la céramique africaine à l’ensemble du monde romain. Une attention particulière portée à l’origine précise de ces céramiques et à leur chronologie et le report de ces
informations sur un SIG permettra de mieux saisir les dynamiques économiques et historiques qui ont favorisé la diffusion, à l’échelle de l’Empire, des productions de l’Afrique romaine.