CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Chantiers et missions archéologiques > En France

Fouilles et prospection massif de Marseilleveyre

 

Fouilles programmées terminées
Durée des fouilles : 2010-2014
Campagnes 2011-2012, 2013, 2014
Fouilles terrestres, prospections
Type de vestiges : habitation en matériaux périssables
Datation : VI e s. av. J.-C.

 
Localisation : Bouches-du-Rhône, Marseille, Massif de Marseilleveyre

 
Responsable CCJ  : Sophie Bouffier(2010-2012), Loup Bernard (2014)
Co-responsable : Delphine Isoardi

 
Présentation du site :

Ce petit site est localisé sur le versant nord du massif de Marseilleveyre, sur une éminence triangulaire s’avançant vers le nord et dominant la plaine de l’Huveaune, dont l’altitude oscille entre 221 et 222 m NGF. Au sud, deux sommets surplombent le site (264m et 304 m NGF) et un col permettant de passer sur le versant ouest du massif de Marseilleveyre.
Le site de Marseilleveyre consiste en une structure ovale en matériaux périssables jouxtant un espace quadrangulaire sans doute palissadée (il y a peu de chance que la totalité du site ait été conservée).
Si la structure ovale (de l’ordre de 10m²) a livré quelques éléments de nature domestiques (céramiques en CNT et surtout des vases en torchis conservés, en place, avec de la meule et des fusaïoles) l’espace quadrangulaire à côté se distingue par une énorme quantité d’amphores et de vases de stockage – au total en 20 et 22 conteneurs amphoriques. Ils ont peu servir en usage secondaire comme récipient de stockage. Malgré la courte d’urée d’inoccupation, dans la ½ du VI e s. av. J.-C. et les problèmes de conservation sur ce versant sur-pâturé à l’époque moderne, peu végétalisé (et ayant connu moult incendies), la topographie a permis de conserver l’image d’une occupation courte, sans doute complémentaire d’autres structures dans ce même massif, voire situées en plaine ? Le faciès des échanges transmis par les amphores (majoritairement étrusques, mais aussi de Grèce de l’Es et du monde punique ibérique) nous renvoient aux premiers temps de ‘l’emporia, tels que les premiers niveaux de Marseille l’illustrent par exemple (on ne trouve par contre aucune production massaliète). Restera à résoudre la raison de la présence de cette structuré dans ce massif (pastoralisme ?), comme celle de l’origine des habitants.

 
Financements : Ministère de la Culture
 
Membres du CCJ participant aux opérations de terrain : Sophie Bouffier, Loup Bernard, Delphine Isoardi, Vincent Dumas


 
Crédits photographiques : D. Isoardi