CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Chantiers et missions archéologiques > En France

Cadenet, Oppidum du Castellar

 

 

Fouilles programmées en cours
Début des fouilles : 2007
Fouilles terrestres, prélèvements anthracologiques
Type de vestiges : oppidum, site de hauteur, site fortifié
Datation : fin du IIIe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.

 
Localisation : Vaucluse, Cadenet, Le Castellar, France

 
Responsable CCJ  : Delphine Isoardi
Co-responsable : Florence Mocci

 
Présentation du site :

Ce site fait l’objet depuis maintenant six ans d’une opération de fouille programmée et de relevés topographiques, conduits par le Centre Camille Jullian (UMR 7299, Aix-en-Provence), sous la direction de D. Isoardi (CR), et la co-direction de Fl. Mocci (IR) (l’approche topographique étant réalisée par V. Dumas, IE).
Une remarquable découverte ayant fait sa renommée au XVIII e s., les travaux conduits par le Centre Camille Jullian sont venus apporter des informations inédites, menant aujourd’hui à de toutes autres pistes d’interprétation. Nous avons là un petit exemple montrant comment les interprétations peuvent s’enrichir et évoluer, depuis l’analyse conduites par les érudits locaux sur des vestiges épigraphiques aux époques modernes et contemporaines, à la fouille archéologique aujourd’hui
Au cours des 6 campagnes de fouille, la vision de ce petit site d’arrière-pays, jusque-là dénommé simplement oppidum, a évolué.
Au niveau de la datation, il faut désormais la resserrer sur l’extrême fin de la Protohistoire, et prendre en considération l’occupation romaine, voire romaine tardive, qui a suivie, sans hiatus, sans arrêt de l’occupation.
Sur la nature de cette occupation, la fonction domestique est peu évidente, mais si présente. Ce ne semble pas être là la fonction essentiel de ce site de 1,2 ha. La réalité est apparue plus complexe. Si une occupation cultuelle peut se trouver en partie nord, avec peut-être une activité domestique, la partie sud semblerait en effet, suite à la campagne de 2014, dévolues à d’autres fonctions : du fonctionnel ? Nous avons en effet identifié du stockage (deux bâtiments) et une activité nécessitant une structure de combustion voire cuisson (de l’artisanat ou du culinaire à grande échelle ?). Il se pourrait même que s’y trouve une petite zone agricole, entre les zones 29, voire 30. De l’arboriculture au milieu du bâti ? La fortification ne semblant concerner que la partie nord-est du site, et compte-tenu de la remarque précédente, il ne faut peut-être plus exclure, désormais, la présence de funéraire sur le plateau du Castellar. Et notamment la partie sud (pour la phase protohistorique comme romaine). En effet, d’après les mentions des XIXe s. , il fut question de « tombeau ne contenant que des cendres », et à proximité, de blocs inscrits en gallo-grecs ou à empreinte de semelles de chaussures interprétés comme stèles ou couverture de tombeaux (et également d’une urne cinéraire non clairement localisée). Une zone funéraire nous paraissait impossible si l’ensemble du plateau était fortifié (et voué à une occupation domestique type habitat groupé traditionnel), or désormais nous savons que ce n’est pas le cas (cette zone ne paraissant pas dédiée à une occupation domestique quelle que soit la période). Y a-t-il donc une zone funéraire à chercher vers le sud ?
En outre dans le futur c’est dans un cadre d’occupation plus global que la fonction de ce site pourra s’affiner ; la notion de refuge, d’occupation occasionnelle, cadre par exemple mieux avec les résultats actuels qu’un oppidum densément occupé en continu.

 
Programme lié :

 
Financements : Centre Camille Jullian, Ministère de la Culture, mairie de Cadenet
 
Membres du CCJ participant aux opérations de terrain : Dominique Garcia, Vincent Dumas, Philippe Groscaux, Loïc Damelet, Christine Durand, Véronique Blanc-Bijon, Bruno Baudoin, Nicolas Boichot

Participants d’autres institutions aux opérations de terrain : Eric Pons (IDEMEC), Loup Bernard (MCF Univ Strasbourg), Kevin Walsh (Univ York)

Membres du CCJ participants aux études post-fouilles : Lucien Rivet, Philippe Columeau, Tomoo Mukaï

Participants d’autres institutions aux études post-fouilles : Charlotte Méla (Service Archéo Ville d’Aix), Aline Lacombe (Service Archéo Ville d’Aix), Cécile Miramont (CEREGE), Jean-Louis Paillet (IRAA), Yves Marcadal (IRAA), Sandrine Agusta Boularot (Univ Montpellier), Francesca Maestria (Univ De Lleida, Esp.), Alejandro Quevedo (Post-doc Labexmed)

Doctorants et master AMU associés au projet : Céline Huguet, Priscilla Nadeau, Justine Mayca, Rémi Rêve, Gaëlle Delpy, Jean Charles Daloz (M1 – 2017/2018)

 
En savoir plus :

 

Crédits photographiques : L. Damelet, D. Isoardi