CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Recherche > Chantiers et missions archéologiques > En France

Fréjus, Butte Saint-Antoine

 

Fouilles programmées terminées
Durée des fouilles : 2008-2015
Campagnes 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014
Fouilles terrestres
Type de vestiges : vaste prétoire de plan quadrangulaire d’époque augustéenne ; maisons et rues d’époque tardo-républicaine
Datation : -50/-15

 
Localisation : Var, Fréjus, Butte Saint-Antoine, France

 
Responsable CCJ  : Lucien Rivet
 
Présentation du site :

L’esplanade de la Butte Saint-Antoine constitue l’extrémité méridionale du promontoire rocheux sur lequel est établie la ville antique de Fréjus. C’est une création artificielle, une quantité considérable de remblais ayant été apportés, contenus par une muraille propre au site, construite à cet effet pour servir également de soutènement et de cadre au terre-plein, selon différentes techniques de construction. Sur le terre-plein a été édifié un grand bâtiment dont le plan quadrangulaire et régulier, basé sur la symétrie, évoque une vaste construction dont les salles s’organisent autour d’une cour centrale (986 m²), dans le prolongement, au nord, d’un atrium monumental (335 m²), lui-même accolé de cours secondaires, et dans celui d’une autre très grande cour (2000 m²) établie au sud. Malgré l’absence d’inscription mais en analysant le caractère monumental de l’organisation des espaces ainsi que la proximité des murs d’enceinte qui entoure le bâtiment, il s’agit d’un prétoire. Sa fonction a longtemps été laissée dans le doute, par excès de prudence (résidence temporaire du gouverneur de la province ou celle d’un préfet de la flotte) mais on peut désormais lui attribuer sans guère de doute le rôle d’une préfecture (au sens moderne du terme) maritime, compte tenu du contact direct avec le plan d’eau du port romain qu’elle domine largement. Sa construction, d’après l’étude du mobilier recueilli dans les remblais sous-jacents, date des années 15-10 avant notre ère. Elle a été réalisée au détriment d’un habitat d’époque tardo-républicaine comportant rues et maisons établies en terrasse sur la butte originelle. La mieux connue des maisons est décorée de peintures murales du 2e style pompéien utilisant à profusion le cinabre et au moins un sol de béton clair orné de crustae colorées. Mais la plupart des murs sont faits de blocs de grès irréguliers liés à l’argile et enduits de chaux blanche ; les sols sont en terre battue. Deux états ont été mis en évidence, l’un correspondant au milieu du Ier siècle avant notre ère, c’est-à-dire à la création césarienne connue dans les textes antiques, l’autre concernant un remaniement d’ampleur, daté des années -30/-25 et affecte une partie du site avec destruction et rehaussement du terrain avant construction de nouvelles maisons et rues.

 
Institutions partenaires :

Centre Camille Jullian ; Service Régional d’Archéologie PACA ; Ville de Fréjus ; LA3M

 
Membres du CCJ participant aux opérations de terrain : Lucien Rivet, Véronique Blanc-Bijon, Christine Durand, Philippe Groscaux, Loïc Damelet, Marie-Brigitte Carre

Membres du CCJ participant aux études post-fouille : Stéphanie Satre

Participants d’autres institutions : Sylvie Saulnier, Jean-Christophe Treglia, Guergana Guionova, Stéphane Martin, Florence Monier, Yvon Lemoine