CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > À la une > Archive des Unes

Accueil : Trois nouveaux ATER au CCJ

Fabien BIEVRE-PERRIN
Fabien Bièvre-Perrin est Docteur en Histoire et Archéologie des Mondes Anciens (Université Lyon 2) en 2015 et ATER depuis le 1er janvier 2017, au département d’Histoire d’Aix-Marseille Université (AMU) rattaché du Centre Camille Jullian.
Il a soutenu sa thèse intitulée « Les monuments funéraires de Grande Grèce : recherches sur les marqueurs de tombes du Vème au IIIème siècle av. J.-C. », sous la direction de Sophie Bouffier (AMU) à Lyon le 8 décembre 2015.
Ses recherches portent sur :
Antiquité classique : Grande Grèce, Albanie, archéologie funéraire, architecture, iconographie, décor, interculturalité, transition/conquête romaine.
Réception de l’Antiquité : XXe-XXIe siècles, culture populaire, patrimoine, resémentisation.
Pour plus d’infos

Jérémy CLÉMENT
Jérémy Clément, professeur agrégé d’histoire, est depuis le 1er septembre 2017, ATER au Centre Camille Jullian UMR7299 à Aix-Marseille Université.
Auparavant, doctorant contractuel chargé de cours en histoire ancienne à l’université Paul-Valéry Montpellier et rattaché au Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences humaines et Sociales (CRISES EA 4424), il prépare une thèse, sous la direction du Professeur Christophe Chandezon intitulée « Les cultures équestres des cités et royaumes hellénistiques. Une nouvelle approche de l’histoire des cavaleries grecques (milieu du IVe s. av. J.-C. – Ier s. av. J.-C.) », vise à croiser l’histoire militaire des États grecs avec celle de leurs mutations sociales et culturelles à l’époque hellénistique en interrogeant le rapport entre l’homme et le cheval de guerre. Il s’agit de réévaluer le rôle de ce dernier, acteur oublié de l’histoire grecque, dans des domaines pourtant aussi fondamentaux que l’élevage, la constitution et l’entretien des cavaleries (arme décisive dès le règne de Philippe II de Macédoine), la logistique des armées, les tactiques de combat, l’économie royale, civique et domestique ou encore les représentations symboliques, sociales ou funéraires.
Le LabEx ArcHiMedE soutient financièrement Jérémy Clément pour l’acquisition de données iconographiques en Turquie dans le cadre de l’étude des représentations de chevaux et de cavaliers sur les stèles funéraires hellénistiques.
Bibliographie :
« Le droit et l’animal chez les Anciens : l’État, le cheval de guerre et le cavalier aux IVe-IIIe s. av. J.-C. » dans D. Taurisson-Mouret, E. de Mari (dir.), Ranger l’animal, l’impact environnemental de la norme en milieu contraint II, Paris : Victoires-Editions, 2014

Clémentine BARBAU
ATER au Centre Camille Jullian depuis le 15 septembre 2017.
Clémentine BATBAU a soutenu sa thèse de doctorat sur l’instrumentum de type italique en Gaule interne (IIe s. av. J.-C.-Ier s. ap. J.-C.) en 2015. Elle a été réalisée sous la codirection d’Anne-Marie Adam (Université de Strasbourg) et de Thierry Luginbühl (cotutelle avec l’Université de Lausanne). Sa thèse a été récompensée par un prix du Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg et sa publication est en cours aux éditions Mergoil. C. Barbau a été ATER en archéologie au sein du Département des Sciences de l’Antiquité de l’École Normale Supérieure de Paris en 2016-2017 et est actuellement ATER en archéologie au sein du Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université d’Aix-Marseille (2017-2018). Elle enseigne l’art et archéologie antique, la Protohistoire de l’Europe tempérée et des sociétés méditerranéennes et l’informatique appliquée à l’archéologie.
Dans la continuité de ses travaux doctoraux, elle travaille actuellement sur les mécanismes de « romanisation » dans les territoires celtiques d’Italie du Nord et de l’arc alpin méridional à partir de l’analyse typologique, stylistique et archéométallurgique de plusieurs séries de récipients en alliage cuivreux, de type étrusco-italique, découverts dans des nécropoles de Gaule Transpadane pour les trois derniers siècles avant notre ère.