CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Archives des Actualités du labo > Archives 2016

Soutenance de thèse de M. Francesco TIBONI

Monsieur Francesco TIBONI présentera ses travaux en soutenance le 2 décembre 2016 à 14h en salle SUBY, MMSH, pour l’obtention du diplôme de Doctorat Archéologie, intitulé "La navigation en Méditerranée occidentale pré-archaïque". Ecole doctorale : Espaces, Cultures et Sociétés.

Directeur de thèse : Dominique GARCIA

Laboratoire : Centre Camille Jullian

Membres du Jury :

  • Mme Anne LEHOERFF - professeur des universités - université de Lille 3, France
  • M. Albert HAFNER - Professeur des université - Université de Berne, Suisse
  • M. Patrice POMEY - Directeur de recherche émérite - CNRS - Aix Marseille Université, France
  • M. Dominique GARCIA, Professeur des universités - Aix Marseille Université, France.

LA NAVIGATION EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE PRÉ6ARCHAÏQUE

Ce travail de recherche est consacré à l’analyse des évidences directes et indirectes des moyens de navigation en milieu maritime dans la partie occidentale de la Méditerranée, du début jusqu’à de l’âge du Fer Premier. A partir de la révision générale du répertoire iconographique de la période provenant de plusieurs sites colloqués entre l’Adriatique et la péninsule Ibérique, l’étude conduite souligne l’existence de plusieurs traditions locaux, reconnaissables en clé régionale, à partir du moins de l’âge du Bronze. L’identification de ces traditions, bien lisibles à travers les expressions culturelles des peuples locaux, nous permet d’affirmer que plusieurs peuples de cette partie de la Méditerranée antique avaient déjà développé, le long de la préhistoire, des solutions techniques et formelles propres dans le domaine naval. Dans les chapitres, l’analyse de ces éléments techniques et culturels de l’Occident est donc gérée tant à partir de l’iconographie qu’à la lumière des épaves. Même en absence d’un grand nombre de témoignages directs, cela nous permet d’affirmer que les traditions culturelles qu’on reconnaît à partir des premières figures gravée ou peintes dans des sites de région, ont en effet une dimension technologique. Malheureusement, les données archéologiques dont nous disposons ne nous permettent pas d’isoler tous ces éléments, ni de proposer la définition des familles architecturales locales, sauf que pour la période plus tardive, lors de l’arrivée des Grecs et des Phéniciens.

THE PRE-ARCHAIC NAVIGATION IN THE WESTERN MEDITERRANEAN SEA

This research deals with the analysis of the evidence of maritime means of transports in use in the Western Mediterranean sea between the birth of the human navigation and the First Iron Age. Starting from a general revision of the local naval iconography of the period, based on a reassessment of the evidence coming from many archaeological sites placed between the Adriatic Sea and the Southern Spanish coasts, the study shed a light the existence of many different regional traditions that date back at least from the Bronze Age. The possibility to identify these traditions, as well as to examine them from a diachronic point of view, allows the author to state that we cannot think about an introduction from the east of the concept of maritime navigation. During the prehistory, particularly from the Bronze Age, the local cultural groups of this area seem in fact to have already developed good naval attitudes and capabilities. Even the analysis of the local iconography in the light of the technological elements that we can isolate on the Mediterranean wrecks of this period seems to confirm the existence of these local traditions. Unfortunately, the lack of a good number of direct evidence pertaining to wrecks do not permit us investigating these technological traditions. Thus, we cannot not identify the architectural families of the earliest phases ; we can have an idea of their existence only in correspondence with the presence of Greeks and Phoenicians merchants and ships.