CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Archives des Actualités du labo > Archives 2016

Soutenance de thèse de Paul CLEMENT

Monsieur Paul Clément présentera ses travaux en soutenance le 13 juin 2016 à 14h salle Paul Albert Février, MMSH, sous le titre :

Les productions d’huile et de vin dans les Alpes Maritimes antiques

Pour l’obtention du diplôme : doctorat Archéologie

Ecole doctorale : ESPACES, CULTURES, SOCIETES

Sous la direction de Dominique GARCIA (CCJ)

Membre du Jury :
- Mme Sandrine AGUSTA-BOULAROT - professeur des Universités - Université Paul Valery, Montpellier, France
- M. Alain BOUET - professeur des Universités - Université Montaigne, Bordeaux, France
- M. Jean-Christophe SOURISSEAU - Professeur des Universités - Aix Marseille Université, France
- M. Dominique GARCIA - Professeur des Universités - Aix Marseille Université, France

RESUME :

Thèse : les productions d’huile et de vin dans les Alpes-Maritimes antiques

L’étude répertorie, sur l’actuel département des Alpes-Maritimes, les sites antiques de productions d’huile et de vin antérieurs à la période médiévale, ainsi que les mobiliers dédiés à ces productions. A la fin de l’année 2015, 70 sites ont été identifiés, comprenant quelques 250 pièces d’équipement : aires de pressage, contrepoids, blocs d’ancrage, molae oleariae...

Les premières traces de plantation de vignes sont attestées à proximité de la cité d’Antipolis, fondée au IVe siècle avant J.-C. par les Massaliotes. Mais ce sont des colons romains, bientôt suivis par des autochtones, qui développèrent les plantations de vignes et d’oliviers, en premier lieu dans la civitas Antipolitana, intégrée dans la Province de Narbonnaise dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère. Après la pacification par l’armée romaine des populations vivant sur la rive gauche du Loup qui marquait la limite avec la Narbonnaise, la culture de l’olivier s’étendit au Ier siècle de notre ère à l’est, sur tout le territoire du Moyen-Pays collinaire, jusqu’au fleuve Var, ainsi que sur sa rive gauche, dans un petit bassin débouchant au nord de Cemelenum, le chef-lieu de praefectura des Alpes-Maritimae instituée par Auguste.

Le relief accidenté de la région ne permettant pas l’installation de grands domaines et de villae, ce sont de petites fermes polyvalentes, la plupart du temps isolées, qui pratiqueront durant l’Empire romain l’oléiculture, et dans une moindre mesure la viticulture, sur des terrains en pente, pour certains aménagés déjà à cette époque en terrasses soutenues par des murets.

Quelques exploitations ont produit du vin à proximité du littoral. L’une d’entre elles, les Encourdoules à Vallauris, est un exemple quasi unique dans le monde méditerranéen de séries d’ateliers spécialisés, organisés de la même façon, pour une production intensive à visée spéculative. Alors que la plupart des exploitations vinicoles cessent de produire au IIe siècle ou au début du IIIe siècle, la production d’huile d’olive, après un ralentissement au IIIe siècle, connait une relance au Bas-Empire avec des équipements technologiques nouveaux tels que des pressoirs à vis. Certaines huileries fonctionneront jusqu’à l’Antiquité tardive. Plusieurs siècles s’écouleront ensuite avant qu’une activité oléicole reprenne.

Abstract

This research lists the ancient sites and equipment related to the production of oil and wine dating back to the medieval period which has been found in the present Département des Alpes-Maritimes. By the end of 2015, 70 sites had been identified, including 250 archeological pieces of equipment : pressing platforms, counterweights, beam niche mortices, olivecrushing mills...

The first traces of vine plantations have been certified near the city of Antipolis, founded in the 4th century BC by the Massaliotes. But it was the Roman settlers, soon followed by the indigenous population, who developed the plantation of vines and olive trees, primarily in the civitas Antipolitana, founded in the Narbonensis Provincia in the second half of the 1st century BC.

After the pacification by the Roman army of the population living on the left bank of the "Loup", which marked the boundary with Narbonensis, the cultivation of olive trees continued in the 1st century AD and spread eastwards, along all the mid-country hills up to the Var river and also on the river’s left bank, in a small basin leading to the north of Cemelenum, the main town of the praefectura Alpes- Maritimae, established by Augustus.
As the uneven terrain of the region did not allow for the installation of large domains and villae during the Roman Empire, small mixed farms, most of which were isolated, carried out the cultivation of olive trees and, to a lesser extent, viticulture, on sloping land. At that time, some was already developed in terraces supported by low walls.

Some settlements produced wine near the coast. One of these sites, the Encourdoules in Vallauris, is almost unique in the Mediterranean world that can be described as series of specialized workshops identically organized for intensive production with a view to making profit.

While most wine production stopped during the 2nd century or in the early 3rd century, the production of olive oil, after a slowing down in the 3rd century, experienced a revival during the Low Empire with new technological equipment, screw presses. Some rural oil farms at that time continued to operate up to the Late Antiquity, before disappearing. Several centuries will pass by before an oil press activity starts again.