CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Archives des Actualités du labo > Archives 2015

Soutenance de thèse Alessia CONTINO

Madame Alessia CONTINO présentera ses travaux en soutenance le 25 novembre 2015 à 14h salle DUBY

¨Ce diplôme de doctorat en Archéologie est préparé dans le cadre d’une cotutelle internationale de thèse avec l’établissement Università Cattolica del Sacro Cuore (ITALIE)

Titre des travaux : Les amphores africaines tardo républicaines et du haut6empire du nuovo mercato testaccio a Rome : (typo-chronologie, hypothèses de production et diffusion dans la Méditerranée)

Ecole doctorale : ESPACES, CULTURES, SOCIETES

Directeurs : Michel BONIFAY et Ilaria ROMEO

Laboratoire : CENTRE CAMILLE JULLIAN UMR 7299

Membres du jury :

  • Mme Clémentina PANELLA - Professeur des Université - Université de Rome la Sapienza - ITALIE
  • Mr Simon KEAY - Professeur des Universités - Université de Southampton ROYAUME-UNI
  • Mr Claudio CAPELLI - Chercheur - Université de Genova - ITALIE
  • Mme Marie-Brigitte CARRE - Chargé de Recherches CNRS - Aix Marseille Université - CCJ
  • M. Michel BONIFAY - Directeur de Recherches CNRS - Aix Marseille Université - CCJ
  • Mme Ilaria ROMEO - Professeur des Universités - Universités de Florence -ITALIE

SOUTENANCE PUBLIQUE

RESUME
La recherche a été menée sur les amphores d’origine africaine produites entre le milieu du IIe siècle av. J. C. et la fin du Ier-début du IIe siècle apr. J. C. et prend son origine dans l’étude du mobilier provenant des fouilles d’archéologie urbaine réalisées à Rome, dans le quartier du Testaccio, dans les années 2005-2009. Les amphores sélectionnées ont été celles de production de tradition punique, africaine (où présumée africaine) et tripolitaine. En particulier la catégorie d’amphores appelées amphores africaines précoces, fait encore l’objet de beaucoup de doutes, en l’absence de recherches systématiques : la difficulté d’identification ; l’association erronée à autres types ; l’extrême variété morphologique au sein d’un même type ; les doutes chronologiques ; une variété considérable de pâtes dans les mêmes types, qui laisse supposer des provenances diverses ; l’incertitude du contenu ; pour certains conteneurs la question de l’origine.
L’étude a permis de proposer une nouvelle reconstruction générale de l’évolution typologique des amphores et des dynamiques chronologiques et commerciales du Ier siècle de l’Empire romain, en enrichissant la connaissance de leur diffusion à Rome.
L’étude peut offrir une première reconstruction générale, à travers une recherche systématique, de l’évolution typologique et chronologique, de la production (les ateliers des premières phases productives de l’époque romaine ne sont presque pas connus par rapport à ceux des époques successives, à partir du IIe siècle) et de la diffusion dans le bassin de la Méditerranée en contribuant à éclaircir les dynamiques commerciales et productives du premier siècle de l’Empire romaine.
En particulier cette étude a permis de comprendre que l’origine des amphores africaines précoces est désormais à placer dans le nord-ouest de la Tunisie, redonnant toute sa place a une région relativement délaissée par les études récentes, bien que elle était la premier zone de colonisation de l’Afrique romaine.

Mots-clefs

Amphores Africaines, Amphores Africaines Précoces, Amphores de tradition Punique, Amphores Tripolitaines, Archéologie de la Méditerranée, Amphores romaines, Céramique, Analyses typo-pétrographiques, Africaine Ancienne, Dressel 26, Ostia LIX, Ostia XXIII, Rome, Nuovo Mercato Testaccio, amphores tardo-republicaines, amphores haut-impériales

Abstract

The research is pointed on the ancient african amphorae coming from the excavation of Nuovo Mercato Testaccio, carried out between 2005 and 2009 in Rome.
In particular, beside the punique and tripolitanian types as so called Dressel 18, Schoene-Mau 40, Schoene-Mau 35 and Tripolitanian amphora first-second, the research is focused on the type Dressel 26, Ancient Tripolitanian amphora and Ostia 59 and 23, at the moment less known in terms of typology, production and diffusion.
The quite strong presence of those amphorae in the excavation of Nuovo Mercato Testaccio has been the “start” for this research. The aims of the research are : define the typological evolution and origin of the early african amphorae ; reconstruct the commercial flux of african goods to Rome in the 1st century A.D. ; analyze the contents of amphorae with gascromatography (we already analyze nine samples) ;
The present research implement the typological study of early african amphorae and, with the support of petrographic analysis, contribute to clarify origin and chronology of amphorae. The study try to give back an image of the presence of those amphorae across the Mediterranean and in Rome from the 2nd century B.C. to the 1st century A.D.
One of the most important results of this study is to identify the origin of Early African Amphorae in Northern-Tunisia.
In conclusion the research contribute to highlight the trade of african goods in the Mediterranean basin and in Rome from half II B.C. to end of I A.D.-beginning of II A.D.

Key-words
African Amphorae, Early African Amphorae, Punic Tradition Amphorae, Tripolitanian amphorae, Mediterranean Archeology, Roman Amphorae, Pottery, Typo-petrographic research, Ancient African, Dressel 26, Ostia LIX, Ostia XXIII, Rome, Nuovo Mercato Testaccio, late-republican amphorae, first-imperial amphorae