CNRS Ministère de la Culture
En partenariat avec

Rechercher




Maison méditerranéenne des sciences de l'homme
Centre Camille Jullian
UMR 7299
5 rue du Château de l'Horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence
France
+33 (0)4 42 52 42 68

Accueil > Archives du site > Sur le terrain > Topographie - Cartographie

Les différents types d’interventions du service

Du relevé de terrain à la valorisation des données, le service développe un panel de compétences et de savoirs faire adaptés aux spécificités des terrains d’étude et aux programmes de recherches du laboratoire.

Par exemple :

- Dans le cadre du PCR « Les aqueducs d’Arles, les moulins de Barbegal et l’hydrologie des Alpilles », nous effectuons un positionnement précis des branches est et ouest des aqueducs des Alpilles. Il s’agit d’affiner les différents tracés et d’effectuer un relevé altimétrique du radier. Ce travail est basé sur l’utilisation d’un système de positionnement GNSS de précision centimétrique. Cette documentation homogène et cohérente est nécessaire à l’étude du fonctionnement hydraulique de ces structures.

- Les interventions sur le site de Richeaume (Puyloubier, 13) se font chaque année depuis 1998. Récemment une modélisation tridimensionnelle de tous les vestiges et des unités stratigraphiques reconnues avec positionnement systématique du matériel a été mis en œuvre sur l’étude de la nécropole de Richeaume XIII. L’ensemble de ces données doit être à terme intégré dans un SIG. L’objectif recherché consiste ici à définir une méthodologie de travail et à considérer les apports d’un tel système de relevés dans la compréhension de l’organisation d’un site archéologique occupé de l’Antiquité jusqu’au haut moyen-âge.

- Dans le cadre des opérations archéologiques conduites dans le Parc National des Ecrins a été développée une méthode de travail adaptée aux conditions particulières du milieu montagnard d’altitude (2000-2600 m). Ces dernières ont conduit à systématiser le recours à la modélisation 3D des faits archéologiques et de leurs contextes topographiques. Ce travail combine plusieurs méthodes de relevés (tachéométrie, GNSS, photogrammétrie). Une prochaine étape devrait consister à effectuer des campagnes de repositionnement des sites anciennement fouillés afin de pouvoir les intégrer avec précision dans un SIG.

- Avec l’opération « Navires de Dalmatie romaine », nous travaillons à la mise en place d’un protocole de relevés des structures architecturales immergées. Cette étude s’appuie sur l’utilisation de la photogrammétrie numérique afin d’obtenir une modélisation précise des vestiges (épaves et contexte topographique). L’objectif de ce programme est d’améliorer la précision géométrique des relevés tout en intégrant pleinement les observations directes effectuées par les spécialistes. Les premiers travaux effectués sur l’épave dePakostane et de Caska avaient pour but la création de modèles 2D. Il s’agit maintenant de travailler sur la réalisation de modèles 3D et leur exploitation scientifique.

- Depuis 2006, la participation aux recherches réalisées sur le littoral parentin (Croatie) consiste à relever et à positionner à différentes échelles les vestiges archéologiques aujourd’hui submergés et à les mettre en concordance avec les structures terrestres. Dans cet objectif plusieurs méthodes complémentaires de relevés sont utilisées : le positionnement GNSS pour l’intégration des données dans un référentiel géographique et la réalisation de MNT, la tachéométrie pour le les levés de structures archéologiques et la réalisation de relevés Bathymétriques, les relevés de détails manuels ou photogrammétriques. Ici, une problématique importante est de définir un nivellement général homogène des structures immergées présentes sur le littoral afin de le comparer aux différentes théories liées au niveau moyen de la mer Adriatique au cours de l’Antiquité.